Stimulation magnétique transcrânienne répétitive (SMTr/rTMS)

Description

La SMTr est une technique de stimulation par laquelle un champ magnétique est appliqué sur une région du crâne, induisant un courant électrique local. Ce courant modifie l'activité des neurones sous-jacents et, par conséquent, l'activité d'une région cérébrale. Ce traitement ne nécessite pas d'anesthésie et a peu d'effets secondaires. Il est effectué en consultation externe. La SMTr est approuvée par Santé Canada depuis 2002.

Population cible

Actuellement, la stimulation magnétique transcrânienne répétitive s'adresse :

  • aux personnes souffrant de dépression réfractaire d'intensité modérée à sévère, en phase aiguë ou ayant des symptômes résiduels
  • aux personnes présentant des hallucinations auditives réfractaires
  • aux personnes souffrant de trouble obsessionnel réfractaire

Contre-indications

  • Épilepsie
  • Migraines importantes
  • Implants métalliques à la tête et au cou (veuillez nous consulter en cas de doute)

Déroulement du processus d'évaluation

  • Après réception de la demande de consultation, l'infirmière clinicienne communiquera avec vous pour fixer un rendez-vous pour une première évaluation. Au deuxième rendez-vous, vous rencontrerez le psychiatre afin d'évaluer l'admissibilité au traitement. Dans le cas où vous ne seriez pas admissible, des recommandations seront faites à votre médecin.
  • Un dernier rendez-vous sera nécessaire afin de personnaliser les paramètres du traitement.

Fréquence des traitements

  • Pour la dépression réfractaire, les hallucinations auditives réfractaires et le trouble obsessionnel réfractaire :

Deux à trois séances quotidiennes, trois à cinq jours par semaine. Prévoir une demi-journée.

Effets secondaires

  • Les effets secondaires les plus rapportés sont les maux de tête et une sensibilité à l'endroit précis de la stimulation. Nous recommandons parfois aux patients la prise d'un analgésique avant les séances. Le risque de convulsion est très faible. Aucun effet secondaire négatif sur la cognition n'a été rapporté.

Littérature

  • Les études de SMTr en dépression réfractaire montrent des taux de réponse (pourcentage de patients ayant obtenu 50 % ou plus d'amélioration au traitement) entre 15 et 40 % (Berlim, 2013: Dell'osso, 2011: George, 1995: Pascual-Leone, 1996).

 

Stimulation du nerf vague (SNV/VNS)

Description

La SNV est une technique consistant en l'implantation d'un générateur (pacemaker) près de la clavicule, relié à une électrode entourée autour du nerf vague gauche dans la région du cou. Une fois implanté, le générateur est programmé pour envoyer, de manière intermittente, un courant à basse fréquence dans le nerf vague. Le traitement permet de moduler la production de neurotransmetteurs (noradrénaline, sérotonine), et par conséquent, le fonctionnement de certaines structures cérébrales. La SNV est approuvée par Santé Canada depuis 2001.


Population cible

La stimulation du nerf vague s'adresse :

  • aux personnes souffrant de dépression réfractaire en phase chronique de la maladie

Contre-indications

  • Présence de comorbidités psychiatriques importantes
  • Maladies cardiaques
  • Apnée du sommeil mal contrôlée
  • Maladies neurodégénératives (ex. : démence)
  • Abus/Dépendance à l'alcool ou à la drogue


Déroulement des évaluations et du traitement

  • Après réception de la demande de consultation, l'infirmière clinicienne communiquera avec vous pour fixer un rendez-vous pour une première évaluation d'une durée d'environ 1 h 30. Généralement, la deuxième rencontre se déroule en présence des différents membres de l'équipe multidisciplinaire (psychiatres, neuro-chirurgienne, infirmières cliniciennes, ergothérapeute, étudiants). La sélection des patients fait l'objet d'un consensus auprès des membres de l'équipe. Par la suite, de nombreuses évaluations sont à prévoir (bilan sanguin, polysomnographie, tests cognitifs, tomodensitométries cérébrales (scan), bilan médical pré-opératoire). Une fois l'évaluation terminée, les résultats vous seront transmis, ainsi que la décision finale au sujet de l'admissibilité à l'implantation. Dans le cas où vous ne seriez pas admissible au traitement, des recommandations seront faites à votre médecin.
  • La pose du générateur nécessite une intervention chirurgicale sous anesthésie générale et une hospitalisation de 48 à 72 heures. Dans les premiers mois suivant la mise en marche du générateur, les rendez-vous de suivi sont fréquents. Par la suite, un rendez-vous tous les trois mois est nécessaire afin d'évaluer l'état clinique, de procéder à des ajustements des paramètres et de surveiller le niveau de charge de la batterie du générateur.
  • La durée de vie d'un générateur est de 6 à 10 ans, selon les paramètres de traitement utilisés. Lorsque la batterie est vide, il est nécessaire de changer le générateur rapidement, afin de ne pas perdre l'effet du traitement. L'intervention chirurgicale est alors faite sous anesthésie locale.

Effets secondaires

Les effets secondaires les plus rapportés sont :

  • Altération de la voix
  • Douleur au cou
  • Essoufflement augmenté à l'effort
  • Toux

Les effets secondaires cités précédemment sont ressentis de façon intermittente, pendant la stimulation.


Littérature

  • Les études de SNV en dépression réfractaire montrent des taux de réponse (pourcentage de patients ayant obtenu 50 % ou plus d'amélioration au traitement) entre 30 et 45 % (Marangell et autres, 2002; Nahas et autres, 2005; Sackeim et autres, 2001). Une étude longitudinale sur 700 patients suivis sur 5 ans montre un taux de rémission de 50% et un bénéfice tant chez les patients bipolaires que non bipolaires (Aaronson et al, 2017).

 

Stimulation intracérébrale (SIC/DBS)

Description

La SIC est une technique consistant en l'implantation d'électrodes par intervention chirurgicale, dans une région spécifique du cerveau. Les électrodes sont connectées à un générateur (pacemaker) installé près de la clavicule. Le générateur est programmé pour envoyer un courant électrique continu à basse fréquence qui modifie l'activité de la région cérébrale où sont situées les électrodes.


Population cible

La stimulation intracérébrale :

  • aux personnes souffrant d'un trouble obsessionnel-compulsif sévère réfractaire

Contre-indications

  • Comorbidités psychiatriques importantes
  • Maladie affectant le fonctionnement ou la structure du cerveau
  • Abus/Dépendance à l'alcool ou à la drogue

Déroulement de l'évaluation et du traitement

  • Après réception de la demande de consultation, l'infirmière clinicienne communiquera avec vous pour fixer un rendez-vous pour une première évaluation d'une durée d'environ 1 h 30. Généralement, la deuxième rencontre se déroule en présence des différents membres de l'équipe multidisciplinaire (psychiatres, neuro-chirurgienne, infirmières cliniciennes, ergothérapeute, étudiants). La sélection des patients fait l'objet d'un consensus auprès des membres de l'équipe. Par la suite, de nombreuses évaluations sont à prévoir (bilan sanguin, tests cognitifs, tomodensitométries cérébrales (scan). Une fois le processus d'évaluation terminé, les résultats vous seront transmis, ainsi que la décision finale au sujet de l'admissibilité à l'implantation.
  • La pose du générateur nécessite une intervention chirurgicale sous anesthésie générale, ainsi qu'une hospitalisation de quelques jours. Dans les premiers mois suivant la mise en marche du générateur, les rendez-vous de suivi sont fréquents. Par la suite, un rendez-vous tous les trois mois sera nécessaire afin d'évaluer l'état clinique, de procéder à des ajustements des paramètres et de surveiller le niveau de charge de la batterie du générateur.
  • La durée de vie d'un générateur est habituellement de 2 à 5 ans, selon les paramètres de traitement utilisés. Néanmoins, il existe de nouveaux modèles de générateurs rechargeables dont la durée de vie est plus longue. Lorsque la batterie est vide, il est nécessaire de changer le générateur rapidement, afin de ne pas perdre l'effet du traitement. L'intervention chirurgicale est alors faite sous anesthésie locale.

Effets secondaires

  • Quelques effets secondaires temporaires sont rapportés, mais sont le plus souvent réversibles. Ils vous seront expliqués en détail avant l'intervention.

Littérature

  • Les études de SIC pour le trouble obsessionnel-compulsif montrent des améliorations des symptômes entre 30 et 50 % (Abelson et autres, 2005; Greenberg et autres, 2010; Guehl et autres; 2008 Blomstedt et autres, 2013; Nuttin et autres, 1999).