Axes de recherche

Le CRCHUM est le seul établissement en milieu hospitalier au Québec à couvrir tout le continuum de la recherche : recherche fondamentale, recherche clinique et recherche en santé des populations.

Ainsi, le CRCHUM se caractérise par des activités de recherche qui vont des populations au laboratoire, en passant par les sciences cliniques et l'épidémiologie. De plus, le centre de recherche mène des activités de transfert de connaissances et de valorisation de l'innovation.

Le CRCHUM compte une masse critique de plus de 451 chercheurs lui permettant de développer des recherches interdisciplinaires dans des domaines variés; ses chercheurs assurent une production scientifique importante de plus de 900 publications par année, financée par les organismes subventionnaires selon les règles d'excellence des comités de pairs.

Cancer

Responsable de l'axe :
Réjean Lapointe, Ph. D.

+ Publications des chercheurs


Cet axe multidisciplinaire regroupe des chercheurs cliniciens, fondamentalistes et épidémiologistes. Ses activités actuelles sont regroupées sous six volets.

Traitement et chimioprévention

Le volet traitement et chimioprévention jouant un rôle de première ligne, le développement de nouveaux traitements ainsi que la chimioprévention ciblent plusieurs sites tumoraux parmi lesquels le sein, l'ovaire, la prostate, la vessie, le poumon, la peau et le rein. 

Facteurs de risques génétiques et environnementaux

Dans le volet facteurs de risques génétiques et environnementaux, plusieurs groupes de recherche se sont consolidés pour déterminer les facteurs de risques génétiques (tels que les gènes impliqués dans l'instabilité génique) et environnementaux (tels que l'influence du métabolisme des lipides, de l'acide rétinoique, du fer) dans le développement des cancers du sein, de l'ovaire, de la prostate et du poumon.

Croissance, apoptose et angiogenèse

Dans le volet croissance, apoptose et angiogenèse, les voies de signalisation impliquées dans la régulation de la croissance et la mort cellulaire, la migration et l'invasion des cellules tumorales et endothéliales sont étudiées dans des modèles de cellules en culture et des modèles animaux.

Biologie de la cellule tumorale 

Dans le volet biologie de la cellule tumorale, plusieurs équipes s'intéressent directement à disséquer la biologie de la cellule tumorale, par le dépistage et l'analyse globale de l'expression des gènes impliqués dans le développement et la progression tumorale à l'aide des puces d'ADN et de tissus.

Immuno-oncologie

Le volet immuno-oncologie vise à identifier de nouvelles cibles immunologiques dans les mélanomes et les cancers hormono-dépendants, en particulier les cancers du sein. 

Médecine moléculaire 

Le volet médecine moléculaire en émergence vise à identifier, à l'aide des nouvelles technologies de génomique et protéomique, de nouveaux marqueurs moléculaires précoces de diagnostic et de pronostic.

Cardiométabolique

Responsable de l'axe :
Thierry Alquier, Ph. D.

+ Publications des chercheurs


Les maladies du métabolisme, incluant obésité et diabète, sont des facteurs de risque majeurs pour le développement de plusieurs maladies chroniques dont les pathologies cardiovasculaires, et représentent les principales causes de mortalité et de morbidité des sociétés occidentales. Les volets de recherche de cet axe multidisciplinaire portent sur 4 thèmes complémentaires, (1) physiopathologie de l’hypertension, diabète et obésité, (2) atteintes cardio-rénales et endocrines, (3) neurométabolisme et (4) phénome, génome et métabolome. 

Hypertension, diabète et obésité  

  • Étiologie de l’athérosclérose, pré-éclampsie et hypertension, facteurs de risques environnementaux et génétiques, signalisation hormonale et stress oxydatif. 
  • Fonction et plasticité (prolifération et mort cellulaire) des cellules bêta pancréatiques qui sécrètent l’insuline, et voies de signalisation métaboliques dans la physiopathologie du diabète de type 2.  
  • Circuits neuronaux et signaux métaboliques contrôlant la balance énergétique (poids corporel et appétit) et l’homéostasie glucidique ainsi que leur implication dans l’obésité et le diabète de type 2. 
  • Développement et fonction des tissus adipeux, voies de signalisation de l’insuline et physiopathologie de l’obésité et du diabète de type 2.

Atteintes cardio-rénales et endocrines

  • Angiogenèse, cellules souches et remodelage vasculaire et cardiaque dans l’ischémie.
  • Fonction rénale et développement de l’insuffisance rénale (néphropathie) au cours du diabète.   
  • Facteurs de croissance impliqués dans la prolifération des cellules thyroïdiennes et cortico-surrénaliennes et développement de cancers.
  • Fonction hypophysaire et somatotrope dans le vieillissement.  

Neurométabolisme

  • Impact de la nutrition, macronutriments et obésité sur les comportements motivés et troubles de l’humeur. 
  • Signalisation métabolique dans les cellules neurales, neuroinflammation et obésité. 
  • Communication glie-neurone dans le système nerveux central et homéostasie énergétique. 

Phénome, génome et métabolome

  • Modélisation animale (diètes, transgénèse, perte de fonction génétique) et phénotypage comportemental, métabolique et cardiovasculaire.  
  • Identification de cibles thérapeutiques et biomarqueurs génétiques et métaboliques (génomique, transcriptomique, métabolomique) dans le dépistage et traitement des maladies cardiométaboliques. 

Carrefour de l'innovation et de l'évaluation en santé

Responsable de l'axe :
Lise Gauvin, Ph. D.

Responsable adjoint :
Paul Hébert, M.D., M.H.Sc., FRCPC

Responsable adjoint :
Janusz Kaczorowski, M.A., Ph. D.

+ Publications des chercheurs


Cet axe de recherche s'inscrit dans la volonté de faire du CHUM un hôpital apprenant, enseignant, et communicant. Il permet de résoudre des enjeux de soins ou d'organisation des soins par des activités de recherche.

Le Carrefour de l'innovation et de l'évaluation en santé (CIES) utilise la rigueur, le sens critique et la créativité d'études scientifiques pour développer des interventions innovantes en réponse à des enjeux de soins observés en milieu de pratique. Qu'elle soit émise par une équipe de soins, une équipe médicale, une équipe de recherche, une équipe de gestion ou tout autre instance souhaitant bénéficier de la force unique du CIES, le pôle de scientifiques, de cliniciens et de gestionnaires évoluant au sein du carrefour, s'investit pour mieux comprendre une situation, transformer des données probantes en innovations implantables dans les milieux de soins et en évaluer les impacts.

Le CIES vise une efficacité et une efficience des soins accrues en appliquant le processus scientifique à l'innovation dans le milieu de la santé. Il favorise les arrimages entre les volets cliniques, de recherche, d'enseignement et de gestion. Il contribue à la réduction des silos et permet à toutes les instances qui interviennent auprès des patients de travailler ensemble à la recherche de solutions durables, éprouvées et adaptées aux besoins de la population.

Les activités du CIES sont regroupées autour des thémathiques suivantes :

  • Amélioration des pratiques / prévention / promotion de la santé
  • Transformation du système de soins / services / programmes et politiques publiques
  • Épidémiologie / risques à la santé / évaluation / essais pragmatiques en milieux réels / méthodes quantitatives et qualitatives / transfert de connaissances

Qu'est-ce que le CIES?

Le CIES est un espace unique, efficace et agile où se côtoient chercheurs, cliniciens, gestionnaires, patients et étudiants. La méthode scientifique est utilisée pour transformer les pratiques et permettre l'intégration d'innovations grâce à l'expertise reconnue de tous ses membres. Le CIES répond aux enjeux rencontrés par les acteurs du réseau de la santé en soutenant une activité de recherche centrée sur le patient et un transfert de connaissance orienté vers l'action. Le CIES s'emploie également à rester à la fine pointe des méthodologies en matière de recherche centrée sur le patient.

Quelle est la mission du CIES?

Le CIES s'est donné comme mission de contribuer à l'amélioration des soins et services de façon continue en participant à la création d'un environnement propice au développement de projets de recherche centrés sur le patient, en soutenant l'évaluation d'innovations pour des interventions optimisées, en facilitant l'analyse de données et la génération de connaissances pour soutenir l'apprentissage continu.

Quels sont les objectifs du CIES?

  • Mobiliser les communautés de recherche et clinique, l'industrie, les patients et les décideurs afin de transformer et d'améliorer les pratiques via une activité scientifique stimulante.
  • Offrir les expertises spécialisées, avec des approches novatrices pour soutenir des projets d'amélioration et de transformation des soins et services, centrés sur le patient.
  • Offrir de la formation et de l'encadrement.

Quels sont les 3 pôles d'activités du CIES?

  1. Une animation scientifique soutenue et intégrée à toutes les directions du CHUM afin :
    - de partager les enjeux observés dans la pratique clinique et l'organisation des soins;
    - de faire connaître les expertises;
    - de promouvoir les projets-porteurs;
    - de favoriser le partage de connaissances.
  2. Un soutien à la réalisation de projets émanant de la communauté de pratique afin :
    - d'en augmenter le succès (conception de projets de recherche, consultation de biostatistique et en méthodes de recherche, mise en place de bases de données, échanges sur les enjeux contemporains en recherche centrée sur les patients);
    - d'accélérer le transfert des connaissances scientifiques vers les utilisateurs et les patients.
  3. Un développement des approches méthodologiques pour la conduite d'études de recherche centrée sur le patient et le transfert de connaissances, le tout en étroite collaboration avec la Direction de l'enseignement et de l'Académie du CHUM et l'Unité d'Évaluation des Technologies et des Modes d'Évaluation en Santé du CHUM.

Quelles sont les composantes de soutien et de collaboration proposées par le CIES?

  1. Animation scientifique
    - Protocoles en émergence 
    Activité mensuelle visant à donner du feedback à des chercheurs sur des protocoles de recherche en chantier.
    - Apprivoiser les méthodes 
    Activité en développement qui vise à faire connaitre les méthodologies émergentes et aussi favoriser une bonne utilisation des méthodes usuelles.
    - Incubateur d'idées 
    Activités d'échanges pour identifier les questions et enjeux cliniques et de gestion pouvant éventuellement faire l'objet de projets de recherche.
    - Cultiver un CHUM apprenant 
    Activités d'échanges et de transfert de connaissances pour favoriser la diffusion des connaissances acquises en recherche.
     
  2. Offre méthodologique et consultation
    - Accès à l'expertise offerte par les membres du CIES et le personnel qualifié 
    Validation rapide d'une idée et orientation de la démarche à suivre
    - Mise en place de collaborations entre équipes de recherche et équipes de soutien 
    Intégration du personnel de soutien à l'équipe projet, pour l'aspect méthodologique requis.
    - Soutien ponctuel sous forme de services 
    Les champs d'expertise actuels sont :
         Design d'études et implantation
         Biostatistiques
         Études cliniques et évaluatives en contexte réel
         Partenariat de recherche avec les patients et le public
     
  3. Programme interne « Initiation de projets de recherche centrée sur le patient »

    Financement de projets d'un montant maximal de 35 000 $ pour améliorer les pratiques cliniques par la génération et l'analyse de données probantes, découlant d'une question de recherche bien énoncée.
     
  4. Transfert de connaissances et implantation dans la pratique, en partenariat avec la Direction de l'Enseignement et Académie du CHUM
    - Développement d'outils de gestion et de diffusion des connaissances. À venir
    - Développement d'outils d'apprentissage pour faciliter l'implantation des interventions innovantes produites. À venir

Comment puis-je prendre part au CIES?

  1. En présentant un projet nécessitant l'expertise et le soutien méthodologique de l'équipe du CIES.
  2. En devenant l'un des membres du CIES (chercheurs, cliniciens, gestionnaires).

Pour ce faire, communiquer avec Lise Gauvin, directrice du Carrefour de l'innovation et de l'évaluation en santé :
514 890-8000, poste 31441
camille.craig.chum@ssss.gouv.qc.ca
 

Imagerie et ingénierie

Responsable de l'axe :
Jacques A. de Guise, ing., Ph. D.

+ Publications des chercheurs


L'axe Imagerie et Ingénierie du CRCHUM se donne pour mission principale de mettre le génie au service de la santé. Il regroupe des chercheurs issus de plusieurs domaines d'expertise dans le but de favoriser les interactions et la mise en commun des compétences. 

L'axe Imagerie et Ingénierie du CRCHUM abrite cinq laboratoires, en lien avec trois thématiques :

  1. Imagerie et modélisation morpho-fonctionnelle et physique des systèmes biologiques;
  2. Gestes médicaux guidés par l'image;
  3. Conception, développement et validation de nouveaux biomatériaux et implants.

Laboratoire de recherche en imagerie et orthopédie (LIO)

Le laboratoire de recherche en imagerie et orthopédie (LIO) est un laboratoire multidisciplinaire accrédité de l'École de technologie supérieure dont la sphère d'activités s'étend autour de l'imagerie médicale, de la biomécanique, des dispositifs médicaux et des aides techniques, des systèmes d'aide à la décision assistés par ordinateur et des biomatériaux. Les chercheurs du LIO, ingénieurs et cliniciens, travaillent en étroite collaboration à l'analyse morpho-fonctionnelle des systèmes biologiques, à la modélisation géométrique et fonctionnelle des organes et des articulations, ainsi qu'à la conception et à l'évaluation de méthodes de traitement et d'analyse d'images, de dispositifs médicaux, de prothèses et d'orthèses, d'instruments chirurgicaux et de robots médicaux.

+ Site du LIO

Laboratoire de biomatériaux endovasculaires (LBeV)

Le laboratoire de biomatériaux endovasculaires (LBeV) s'intéresse aux biomatériaux et implants biomédicaux, à leur caractérisation et à leurs modifications de surface, en particulier pour les applications cardiovasculaires. Entre autres activités, le laboratoire étudie les mécanismes d'échec des implants endovasculaires, conçoit des revêtements bioactifs et des hydrogels, et évalue la biocompatibilité de nouveaux biomatériaux in vitro et in vivo.

+ Site du LBeV

Laboratoire de biorhéologie et d'ultrasonographie médicale (LBUM) 

Le laboratoire de biorhéologie et d'ultrasonographie médicale (LBUM) concentre ses activités autour de l'imagerie médicale ultrasonore. Les chercheurs utilisent les nouvelles techniques d'imagerie pour optimiser le diagnostic et le suivi thérapeutique de l'artériosclérose, des tumeurs cancéreuses du sein ainsi que des troubles vasculaires tels que les sténoses, les anévrismes ou les thromboses veineuses. Ils utilisent également l'élastographie ultrasonore pour étudier les propriétés biomécaniques associées à ces pathologies.

+ Site du LBUM

Laboratoire central de traitement de l'image (LCTI)

Le Laboratoire central de traitement de l'image (LCTI), de vocation multidisciplinaire, est impliqué à différents niveaux du processus radiologique allant de l'acquisition des images à leur archivage en passant par le développement d'outils informatiques pour l'aide au diagnostic, la planification interventionnelle et le suivi quantitatif des pathologies. Les principaux champs d'intérêts des chercheurs, ingénieurs, physiciens, radiologues et cliniciens du laboratoire sont le suivi pré-, per- et postopératoire des pathologies vasculaires, la segmentation tridimensionnelle, la fusion multimodale, l'optimisation des acquisitions IRM, ainsi que la modélisation hémodynamique et mécanique réaliste des structures vasculaires, des prothèses endovasculaires et du processus interventionnel.

Laboratoire de recherche en neuroradiologie interventionnelle (NRI)

Le laboratoire de recherche en neuroradiologie interventionnelle (NRI) a pour objectif d'améliorer les connaissances en imagerie et en thérapeutique endovasculaire pour le traitement des pathologies vasculaires artérielles ou veineuses. Notre laboratoire est constitué d'une unité de recherche fondamentale (NRIf) et d'une unité de recherche clinique (NRIc). Le NRIf possède une expertise unique dans la construction de modèles d'anévrismes et dans le développement des dispositifs et techniques endovasculaires. Les efforts de recherche sont principalement tournés vers la diminution du taux de récidive des anévrismes suite au traitement endovasculaire mais aussi vers l'innocuité et l'efficacité des stents et « Flow diverters », nouveaux outils utilisés pour traiter les anévrismes, dans les modèles animaux. L'unité de recherche clinique du NRI (NRIc) offre une infrastructure appropriée pour le développement et la réalisation d'études cliniques, principalement les études initiées par le chercheur. Le cœur de notre expertise repose sur la gestion de projets d'études et de centres cliniques, la gestion des données, les biostatistiques, et les méthodes de transfert/conservation des images électroniques et ce, à budget minime (concept de standard de soin).
 

Immunopathologie

Responsable de l'axe :
Daniel Kaufmann, M.D.

+ Publications des chercheurs


L'axe Immunopathologie regroupe les thématiques de recherche où les mécanismes de défenses de l'organisme jouent un rôle clé. Les chercheurs de cet axe s'intéressent aux processus biologiques, aux diagnostics et aux approches thérapeutiques en cause dans les maladies infectieuses, les maladies chroniques ou associées à un dérèglement du système immunitaire, de même qu'aux pratiques et à l'organisation des soins de santé. Les activités de recherche sont regroupées selon les thèmes ci-dessous.

Arthrose et auto-immunité

L'arthrose touche un Canadien sur dix. Malgré la prévalence de cette atteinte chronique des articulations, les mécanismes physiopathologiques sont encore mal connus. Les chercheurs de l'axe travaillent à définir les mécanismes conduisant à l'altération des tissus atteints, les signaux potentiels entre les cellules atteintes, et à comprendre les mécanismes cellulaires impliqués dans les maladies articulaires. L'identification de nouvelles cibles thérapeutiques permettra ultimement de guérir de cette maladie. 

Nos recherches s'intéressent également à des maladies auto-immunes qui ciblent entre autres le système articulaire et digestif. Ainsi, des chercheurs de l'axe travaillent à mieux comprendre les causes du dérèglement du système immunitaire impliqué dans différentes maladies auto-immunes, dont la sclérodermie systémique, le lupus érythémateux disséminé et les maladies inflammatoires de l'intestin. L'analyse des données issues des populations québécoises atteintes de maladies auto-immunes orienteront la recherche de traitements pour ces maladies toujours incurables.

Partenariat avec les membres du réseau MENTOR des IRSC.

Transplantation, insulte tissulaire, don d'organes et soins critiques

La recherche en transplantation d'organes et de tissus vise à mieux comprendre les mécanismes immunologiques et inflammatoires qui influencent la préservation de l'organe à transplanter, afin d'éviter le rejet. Plusieurs chercheurs de cet axe sont impliqués dans le Programme national de recherche en transplantation du Canada (PNRTC), codirigé par la Dre Marie-Josée Hébert. Ce programme vise l'amélioration de la qualité de vie des personnes qui ont reçu une transplantation. Des travaux portent notamment sur la prévention du rejet précoce de greffe et la maladie du greffon contre l'hôte (GVH), la caractérisation de biomarqueurs de rejet, l'accroissement du don d'organes, la prévention du dommage aux organes avant la greffe, et la recherche en bioéthique du don et de la transplantation.

Un groupe de chercheurs travaille également sur l'insulte et les dysfonctions du tissu respiratoire dans le contexte du syndrome de détresse respiratoire et de la fibrose kystique. Ils évaluent de nouvelles stratégies thérapeutiques visant à améliorer la régénération et la fonction pulmonaire chez les patients atteints de fibrose kystique, afin de ralentir la progression de la maladie et retarder le besoin de transplantation pulmonaire. 

Partenariat avec le Programme national de recherche en transplantation du Canada (PNRTC).

Maladies virales chroniques

Le corps humain se défend des infections virales chroniques en faisant intervenir d'abord l'immunité innée et ensuite l'immunité adaptative, qui confère une protection plus durable à l'organisme. Nos chercheurs étudient principalement les infections transmissibles sexuellement et par le sang, telles que le virus de l'immunodéficience humaine (VIH), les hépatites B (VHB) et C (VHC), et le virus du papillome humain. D'autres recherches portent sur le virus respiratoire syncytial, l'une des causes majeures des infections respiratoires chez les enfants et les personnes âgées. Les chercheurs de l'axe travaillent à définir les facteurs et mécanismes conduisant à la susceptibilité et à la progression de ces infections dans le but d'identifier des stratégies de prévention, de traitement et d'éradication.

Plusieurs chercheurs de cet axe font partie du Réseau sida et maladies infectieuses du FRQS, codirigé par les Drs Michel Roger et Cécile Tremblay.
 

Neurosciences

Responsable de l'axe :
Nathalie Arbour, Ph. D.

+ Publications des chercheurs


La mission principale de l'axe Neurosciences est d'élucider les mécanismes biologiques, environnementaux et sociaux des maladies neurologiques et d'élaborer de nouvelles thérapies innovantes pour les prévenir, les traiter ou les guérir. Les activités de recherche sont regroupées en cinq thèmes qui intègrent la recherche clinique, la recherche fondamentale et la recherche translationnelle. 

Neurodégénération et neuro-réparation

Au sein du volet neurodégénération et neuro-réparation, les chercheurs se consacrent à l'étude des mécanismes biologiques responsables des maladies neurodégénératives, telles que la sclérose latérale amyotrophique, les démences, le glaucome, la maladie de Huntington et les troubles du mouvement. Nos équipes se penchent sur des voies thérapeutiques telles que les cellules souches neurales, des approches pharmacologiques et la thérapie génique afin de favoriser la survie des neurones et la réparation des tissus neuraux. De plus, plusieurs groupes développent des techniques de criblage à haut débit dans des modèles animaux simples (poisson zèbre et le ver C. elegans) afin d'identifier rapidement des thérapies pour les maladies neurodégénératives qui peuvent être applicables à l'humain.

Neuroimmunologie

Les activités de recherche clinique et fondamentale du volet neuroimmunologie se concentrent principalement sur la sclérose en plaques. Nos équipes se penchent sur les interactions entre le système immunitaire et le système nerveux central dans le contexte de cette maladie neuroinflammatoire à l'aide d'outils technologiques variés. Nos groupes visent à caractériser les mécanismes pathobiologiques qui contribuent au développement de la sclérose en plaques afin d'identifier de nouvelles cibles thérapeutiques. Les équipes cliniques contribuent à de nombreux essais cliniques et au développement de meilleurs outils diagnostiques et pronostiques (vieillissement, cognition, etc.) de la sclérose en plaques. 

Épilepsie

Les chercheurs du volet épilepsie identifient des causes génétiques de l'épilepsie et déterminent leurs impacts en utilisant des modèles in vitro, ex vivo et des modèles transgéniques in vivo. De plus, des travaux de recherche novateurs visent à améliorer l'évaluation et le traitement des épilepsies pharmacorésistantes. Ce groupe a développé et évalué de nouvelles techniques permettant la détection, la localisation et le suivi d'activités épileptiformes (IRM, magnétoencéphalographie, IRM fonctionnelle couplée à l'EEG, spectroscopie proche infrarouge, EEG intracérébral) qui étaient auparavant indétectables.

Neurovasculaire (AVC)

Le volet neurovasculaire (AVC) investigue les outils diagnostiques, l'épidémiologie, l'imagerie et l'évaluation de nouveaux traitements pour les accidents vasculaires cérébraux (AVC), avec une emphase particulière sur les AVC hémorragiques et les vasculites cérébrales. Ces équipes jouent un rôle crucial dans la formation académique sur les AVC au Québec et au Canada étant donné les très volumineuses activités cliniques. 

Toxicomanie et santé mentale

Le volet toxicomanie et santé mentale regroupe des activités de recherche dirigées vers l'étude des toxicomanies, de même que des comorbidités psychiatriques et physiques associées. Des études cliniques portent sur le développement de traitements novateurs pour ces conditions, et sur l'identification de facteurs de risques comportementaux et de nouvelles cibles thérapeutiques. Le CHUM est notamment le site principal d'un des quatre noeuds du réseau canadien de recherche interventionnelle sur le mésusage des substances des IRSC.
 

Continuum de recherchePriorités de recherche