C'est un cancer

La biopsie du nodule thyroïdien est faite : il s'agit d'un cancer.

Il existe 4 principaux types de cancer de la thyroïde. Les carcinomes papillaires et folliculaires sont les deux formes les plus communes de cancers de la thyroïde et font partie des cancers dits différenciés ou bien différenciés. Dans ce type de cancer, les cellules conservent beaucoup des caractéristiques des cellules saines d'où elles proviennent, ce qui facilite le traitement.

Ceci est de contraste avec les cancers anaplasiques (mal différentiés) qui ont perdu toute ressemblance aux cellules normales qu'on retrouve dans une thyroïde. Finalement, les carcinomes médullaires sont une autre forme de cancers et forment le dernier groupe de cancers thyroïdiens.

CARCINOMES PAPILLAIRES DE LA THYROÏDE

Le carcinome papillaire de la thyroïde est la forme la plus commune de cancer thyroïdien. Elle représente approximativement 85 % des cancers thyroïdiens et touche surtout les personnes âgées de 30 à 40 ans. Les femmes sont atteintes plus souvent que les hommes. La majorité de ces tumeurs surviennent de façon spontanée sans facteur prédisposant identifiable. Le facteur de risque le mieux connu pour développer un cancer thyroïdien est l'exposition à des doses élevées de radiation. Aussi, on retrouve parfois des familles avec présence élevée de cancers papillaires de la thyroïde.

Le cancer de la thyroïde ne donne les plus souvent pas de symptôme. Il est fréquemment découvert par hasard. Ce cancer sera dispersera parfois au niveau des ganglions du cou (qui agissent comme filtre) et par conséquent pour ce type de cancer, une évaluation du cou est donc requise chez tout patient avant la chirurgie. La majorité des patients atteints de cancer papillaire se portent très bien une fois leur traitement initial terminé. La pierre angulaire du traitement du cancer est la chirurgie, et généralement la thyroïde doit être enlevée au complet pour réduire les risques de réapparition du cancer plus tard.

CARCINOMES FOLLICULAIRES DE LA THYROÏDE

Les carcinomes folliculaires forment le deuxième type de cancers les plus fréquents de la thyroïde et représentent approximativement 5 à 10 % des cancers thyroïdiens. Ce type de cancer touche surtout des gens de 45 à 55 ans, soit légèrement plus âgés que ceux atteints de carcinomes papillaires. De façon semblable aux carcinomes papillaires, il y a une prédilection pour les femmes et le taux de guérison est élevé. La propagation aux ganglions du cou est moins fréquente que dans les cancers papillaires, mais l'évaluation du cou est tout de même requise afin d'éliminer cette possibilité avant la chirurgie.

CARCINOMES MÉDULLAIRES DE LA THYROÏDE

Les carcinomes médullaires de la thyroïde forment 5 % des cancers thyroïdiens. Ils sont une catégorie complètement distincte de cancers et proviennent de cellules appelées parafolliculaires qui produisent une hormone appelée calcitonine. Même si cette hormone est utilisée dans le traitement de certaines maladies osseuses, il 'y a aucun impact sur les os d'avoir un cancer médullaire.

Le cancer médullaire a tendance à être plus agressif avec propagation à distance (métastase) plus fréquente que le bien différencié, mais se comporte mieux que l'anaplasique. Il touche autant les hommes que les femmes.

La majorité de ces tumeurs surviennent de façon spontanée sans facteur prédisposant identifiable. Une forme familiale est bien reconnue et plusieurs membres d'une même famille peuvent en être affectés, avec d'autres anomalies du système hormonal (parathyroïdes, surrénales) ou associations avec d'autres types de tumeurs (polype intestinal). Des tests génétiques sont souvent demandés une fois le diagnostic confirmé.

CARCINOMES ANAPLASIQUES DE LA THYROÏDE

Les carcinomes anaplasiques de la thyroïde sont des cancers agressifs. Ils sont très rares et surviennent plus souvent chez des patients âgés de plus de 60 ans. Ces tumeurs ont perdu toute ressemblance aux cellules normales qu'on retrouve dans une thyroïde et envahissent les structures avoisinantes causant souvent des symptômes. Plus de la moitié des individus atteints ont de la maladie métastatique à distance de la tumeur initiale et le taux de guérison est très faible.