Démence vasculaire

La démence vasculaire est une maladie neurodégénérative caractérisée par un déclin des fonctions cognitives (mémoire, organisation, etc.) qui est dû à une atteinte des vaisseaux du cerveau. On utilise maintenant l’appellation « trouble neuro cognitif » (TNC) pour désigner les problèmes cognitifs.

Le TNC vasculaire peut être qualifié de « mineur » si l’atteinte n’est pas assez sévère pour affecter l’autonomie de la personne au quotidien ou de « majeur » s’il est associé à un impact fonctionnel. On parlera alors de démence ou de maladie de la mémoire franche.

  • Troubles de mémoire
    Les personnes avec un TNC vasculaire vont se plaindre d’une atteinte de la mémoire (oublis fréquents), mais ils sont souvent aidés par des indices contrairement aux personnes avec une maladie d’Alzheimer qui ne peuvent pas récupérer l’information ne l’ayant pas enregistrée.
     
  • Atteinte des fonctions exécutives
    C’est ce qui est responsable de toutes les activités de planification, d’organisation, et de gestion de multitâches. Ces problèmes sont particulièrement fréquents chez les personnes avec un TNC vasculaire.
     
  • On notera souvent un ralentissement de la pensée et des mouvements.
     
  • Des éléments de dépression, d’irritabilité et d’apathie peuvent également être retrouvés.
     
  • La plupart du temps, la personne avec un TNC vasculaire a des facteurs de risque de maladie cardiovasculaire décrits ci-dessous.

Une personne peut avoir des troubles cognitifs vasculaires parce qu’elle a subi un ou plusieurs AVC, mais aussi plus subtilement à la suite d'une usure chronique des petits vaisseaux du cerveau (due à de la haute pression par exemple). On peut faire le parallèle avec l’effet de la haute pression sur les vaisseaux du cœur qui finit par provoquer un infarctus ou de l’angine. D’autres causes plus rares de TNC vasculaire sont des microinfarctus, une baisse marquée de la perfusion de sang au cerveau ou une maladie appelée angiopathie amyloïde.

Un patient peut donc souffrir d’un TNC vasculaire sans jamais avoir fait un AVC.

Les facteurs mis en cause dans la maladie cardiaque sont aussi impliqués dans l’atteinte du cerveau :

  • haute pression;
  • cholestérol;
  • diabète;
  • obésité;
  • sédentarité;
  • tabagisme.

Ces facteurs de risques ne sont toutefois pas exclusifs au trouble cognitif d’origine vasculaire et peuvent aussi favoriser l’apparition d’un TNC de type Alzheimer. Il est important de les identifier, puisqu’ils sont modifiables et peuvent aider à prévenir un déclin plus marqué.

On retrouve fréquemment une atteinte des vaisseaux du cerveau chez les gens ayant des troubles cognitifs que ce soit comme unique cause ou en association avec la maladie d’Alzheimer, on parle alors d’un TNC mixte.

Le diagnostic de TNC vasculaire demeure clinique, c’est-à-dire identifié au questionnaire et à l’examen physique, et supporté par une imagerie cérébrale révélant des lésions vasculaires.

  • Le médecin fera des tests de dépistage des fonctions cognitives de type papier-crayon qui lui permettra d’orienter le diagnostic après un questionnaire complet auprès de la personne et d’un proche.
     
  • Un examen physique axé sur le système neurologique peut révéler des petites anomalies, mais celles-ci ne sont pas toujours présentes.
     
  • Le rôle de la neuro-imagerie, soit l’imagerie par résonance magnétique (IRM) ou la tomodensitométrie (TDM) cérébrale, est particulièrement utile dans l’évaluation des troubles cognitifs vasculaires. Cette modalité d’évaluation apporte un élément de preuve supplémentaire et permet d’apprécier l’étendue de l’atteinte vasculaire. Par contre, la présence à elle seule de maladie vasculaire cérébrale à l’imagerie n’est pas suffisante pour parler de TNC vasculaire.
     
  • Une évaluation en neuropsychologie peut être utile dans certains cas.

Pour parler de TNC majeur ou démence, une atteinte de l’autonomie au quotidien (gestion des finances, conduite automobile, préparation de repas, etc.) devra être mise en évidence. Une évaluation en ergothérapie est parfois nécessaire à cet effet. Si la personne demeure autonome, mais que des changements cognitifs sont notés, on parlera alors de TNC mineur.

  • Le type d’observations rapportées par la personne et sa famille ainsi que les résultats aux tests de mémoire, faits par le médecin, vont guider celui-ci vers le TNC vasculaire (atteinte exécutive dominante, mémoire aidée par les indices, etc.) Parfois certains signes à l’examen physique vont aussi donner des indices d’une maladie des vaisseaux.
     
  • L’évolution dans le temps peut, dans certains cas, aussi suggérer un TNC vasculaire. Traditionnellement, une évolution marquée par un début plus subit des déficits cognitifs et une détérioration par palier suggérait un TNC vasculaire plutôt que la maladie d'Alzheimer. Toutefois, il n’est pas rare que l’atteinte des vaisseaux se fasse de façon insidieuse avec une atteinte progressive des fonctions cognitives.
     
  • L’identification d’une atteinte vasculaire significative à un examen d’imagerie (Scan cérébral, IRM cérébrale) suggère une étiologie vasculaire plutôt qu’un Alzheimer lorsque l’évaluation clinique est également compatible.

Le cœur du traitement du TNC vasculaire, qu’il soit mineur ou majeur, repose sur le contrôle des facteurs de risques. Bien que les dommages au cerveau soient irréversibles, la prise en charge des facteurs de risques peut éviter de futurs déclins. L’atteinte des cibles de tension artérielle est l’élément sur lequel repose le plus d’évidences.

Aucun traitement curatif spécifique au TNC majeur vasculaire n’est disponible à ce jour. Toutefois, les médicaments utilisés dans le traitement de la maladie d‘Alzheimer peuvent avoir leur place dans le traitement du TNC vasculaire majeur, surtout lorsque celui-ci semble s’ajouter à un tableau de type Alzheimer (TNC mixte).

Approche non pharmacologique

Garder le cerveau en santé est primordial pour aider à ralentir la progression de la maladie.

Voici quelques conseils pour protéger votre cerveau :

  • évitez le tabac;
  • modérez votre consommation d’alcool;
  • Faites de l’exercice physique;
  • ayez une alimentation saine (régime méditerranéen par exemple);
  • faites des activités stimulantes intellectuellement et développez de nouveaux intérêts;
  • entretenez vos relations sociales.

Consultez le  dépliant Faites marcher votre cerveau, il a besoin d’exercice!, de la Société Alzheimer.

En raison de l’évolution de la maladie, il est important de planifier l’avenir et de prendre des décisions comme : 

L’évolution du TNC vasculaire peut être plus lente que celle de la maladie d’Alzheimer lorsque les facteurs de risques vasculaires sont bien contrôlés. Toutefois, comme mentionné ci-haut, il n’est pas rare que chez la personne âgée la maladie vasculaire cérébrale soit associée à une maladie dégénérative comme l’Alzheimer; dans ce cas l’évolution sera graduelle et constante sur une dizaine d’années.

Soutenir et soigner une personne atteinte d’un TNC vasculaire peut être exigeant. Il existe plusieurs services dans la communauté pour épauler les aidants. N’hésitez pas à faire appel à ces ressources avant que l’épuisement ne soit trop grand, tant pour du support personnel, que pour de l’aide concrète auprès de la personne malade.

Lorsque votre proche est touché par la maladie, vous pouvez demander l’aide d’un travailleur social ou communiquer avec le CLSC de votre secteur. Selon l’évolution, l’équipe pourra vous guider afin de trouver le milieu de vie le plus approprié pour la personne, que ce soit à la maison accompagnée de services ou alors, en résidence privée ou publique.

  • La Société Alzheimer du Canada et les Sociétés Alzheimer de chacune des régions du Québec offrent une multitude d’informations et de services, ainsi que du soutien aux personnes atteintes de toutes les formes de démences et ainsi qu’à leurs proches. Il n’existe pas de regroupement spécifique aux TNC vasculaires.
     
  • L’organisme L’Appui apporte du soutien aux aidants d’aînés à travers le Québec.
     
  • Le CLSC de votre secteur peut également offrir plusieurs services, tant dans la prestation des soins que dans le suivi psychosocial.
     
  • Le baluchon Alzheimer offre du répit à domicile pour les aidants.