Qu’est-ce que la polymédication?

La polymédication, c’est prendre plus de 5 médicaments différents ou, tout simplement, avoir une médication inappropriée. Un médicament inapproprié est un médicament dont le choix, la dose ou la durée présente plus de risques que de bénéfices pour la personne.

Saviez-vous que…

Prendre plusieurs médicaments peut être tout à fait approprié lorsque chaque médicament est donné pour la bonne maladie, à la bonne dose.

Plusieurs changements dans le corps, avec l’âge, font que les médicaments sont métabolisés différemment et peuvent avoir plus d’effets toxiques. Des reins ou un foie moins performant peuvent mener à une accumulation de médicaments dans le sang. Des changements dans les muscles et le gras dans le corps affectent aussi l’effet de certains médicaments.

Par exemple, une dose d’un médicament contre la douleur pourrait soulager la personne âgée, mais la rendre somnolente et confuse pendant de longues heures alors qu’elle serait mieux tolérée chez une jeune personne.

Les personnes âgées sont aussi plus nombreuses à prendre plus de 5 médicaments, ce qui augmente le risque que les médicaments interagissent entre eux et provoquent des effets secondaires.

Plus une personne prend de médicaments, plus la personne risque de ne pas prendre adéquatement ce qui lui est prescrit. Il en va de même pour les médicaments qui sont appropriés pour maintenir une bonne santé.

Parmi les effets secondaires de la polymédication fréquents en gériatrie on note : l’incontinence urinaire, la somnolence, les étourdissements, les chutes, la confusion, les hallucinations et la perte d’appétit. Ces problèmes peuvent mener à des hospitalisations.

C’est lorsque l’effet indésirable d’un médicament entraîne la prescription d’un nouveau médicament qui, à son tour, cause un nouveau problème qui est traité avec un nouveau médicament, et ainsi de suite. Cesser, diminuer ou remplacer le médicament à la source du problème peut habituellement éviter cette cascade.

Plusieurs médicaments peuvent être potentiellement inappropriés chez la personne âgée. Voici quelques exemples :

  • Les benzodiazépines comme le Lorazépam (connu aussi sous le nom d’Ativan) augmentent le risque de chutes, de confusion et de dépendance. Ils ne sont pas de bons choix en gériatrie.
  • Certains antidépresseurs comme l’amitriptyline (connue aussi sous le nom d’Elavil), certains antihistaminiques comme le diphénhydramine (connu aussi sous le nom de Benadryl) ou certains relaxants musculaires comme le cyclobenzaprine (connu aussi sous le nom de Flexiril) peuvent endormir, rendre la bouche sèche ou causer de la constipation et de la confusion. Ils sont à éviter.
  • Les anti-inflammatoires comme l’aspirine ou l’ibuprofène augmentent le risque d’irritation de l’estomac et peuvent affecter les reins chez la personne âgée.
  • Certains produits en vente libre et produits naturels peuvent aussi être inappropriés ou interagir avec des médicaments prescrits. Il est recommandé de parler au pharmacien avant de prendre un de ces produits.

Enfin, un même médicament peut être approprié ou inapproprié; cela dépend de la personne qui le prend. Si une condition nécessite ce médicament et que les bénéfices sont plus grands que les risques, il peut être tout à fait adéquat de la prendre.

Différentes méthodes existent pour bien prendre les médicaments et éviter de les oublier ou de les prendre en double. Elles évitent aussi de manipuler des bouteilles de médicaments.

Pilulier : Un pilulier possède plusieurs compartiments qui correspondent soit à une journée, soit à un moment de la journée; il y a souvent assez de compartiments pour une semaine complète. Il doit être préparé par la personne elle-même ou par un proche chaque semaine.

Dispill : Semblable au pilulier, celui-ci est préparé par le pharmacien. Les médicaments sont placés dans différents compartiments qui correspondent au moment de chaque prise.

Astuces diverses : Utiliser une méthode de rappel pour prendre les médicaments, comme une alarme (montre, téléphone...) ou une note collée à un endroit visible (réfrigérateur, miroir de la salle de bain), laisser les médicaments à la vue, avoir une livraison chaque semaine des médicaments, etc.

Partenariat avec le médecin ou le pharmacien : Être honnête sur son observance aux médicaments, trouver la plus petite dose efficace de médicament, concentrer la prise de médicaments au même moment de la journée, réévaluer périodiquement la liste de médicaments et leur efficacité, aviser des effets secondaires, aviser de la prise de médicaments en vente libre et de produits naturels, aviser de changements dans l’état de santé ou du poids, ne jamais arrêter un médicament sans en parler au médecin ou au pharmacien, retourner au pharmacien tout médicament cessé par le médecin ou périmé, etc.