Centre d’expertise en diabète

image médiaux sociaux
Le Centre d’expertise en diabète

Centre d'expertise en diabète

Pour une prise en charge novatrice de la santé globale des patients diabétiques

Mission du Centre d’expertise en diabète (CED)

La mission du Centre d'expertise en diabète du CHUM est de prévenir le diabète et d'améliorer les soins aux personnes diabétiques par des pratiques innovantes et d’excellence.

Le centre d’expertise en diabète (CED) du CHUM répond à :

  • L’urgence de mettre en place des pratiques exemplaires pour les soins intrahospitaliers en diabète, alors que plus de 40 % de la population hospitalière présente des altérations de la glycémie augmentant à la fois la durée de séjour, la morbidité et la mortalité.
  • Le besoin d'optimiser l'autonomisation du patient dans la gestion de sa maladie et l’assurance d’une trajectoire de soins fluide étroitement liée à la première et à la deuxième ligne. Cela se fera par la mise en place d’un modèle innovant et efficient de gestion de soins interdisciplinaires ambulatoires.
  • L’importance d’assurer le leadership du CHUM dans le développement de la technologie et de la diabétologie de précision pour :
    • La spécificité du diagnostic et du traitement
    • La prévention des multiples complications primaires et secondaires associées au diabète, notamment chez les patients avec diabète complexe.
  • La responsabilité sociale d'intégrer la pratique à un système de santé apprenant. Cette responsabilité implique de s’adapter à un environnement évolutif utilisant les nouvelles technologies, dont l’IA. Elle inclut aussi l’analyse constante des données pour créer une boucle d’amélioration continue pour le dépistage du diabète, sa prévention et son traitement.

Quatre piliers d’intervention

  • Meilleure prise en charge des patients hospitalisés
  • Amélioration du suivi intrahospitalier et après l’hospitalisation
  • Transition harmonieuse du milieu pédiatrique vers le milieu adulte ou d’un centre de soins spécialisés vers les suivis de première ligne
  • Intégration de modèles de soins émergents, dont la télémédecine

  • Partage structuré et adapté auprès des professionnels de première et de deuxième ligne
  • Amélioration des pratiques en ambulatoire
  • Formation des patients et des proches

  • Pancréas artificiel
  • Dépistage de la rétinopathie diabétique par IA
  • Stylos à insuline connectés
  • Plateforme d’autoformation
  • Gestion informatisée des procédures, etc.

Qu’est-ce qui distingue le CED?

  • Une ressource à la fine pointe de la technologie, situé dans un centre hospitalier reconnu comme le 1er hôpital intelligent au Canada
  • Une masse critique d’experts en diabétologie clinique, en éducation et en recherche fondamentale, translationnelle et des populations assurant le continuum soins-enseignement-recherche
  • Un accès à un large bassin de patients avec toutes les formes de diabète
  • Une contribution majeure à la formation de plus de 80 % des endocrinologues au Québec
  • Un large réseau, de la première ligne aux centres avec des expertises internationalement reconnues
  • L’utilisation de la technologie, de l’intelligence artificielle et des approches innovantes tant dans le domaine des soins, de la recherche et de l’enseignement
Le centre d'expertise en diabète

Le diabète : une des maladies chroniques les plus fréquentes au Québec

Selon les plus récentes données, plus de 850 0001 Québécois vivent avec le diabète, soit environ 10 % de la population dont près du tiers l’ignore. Les coûts des conséquences médicales associées au diabète s’élevaient à plus de 15 milliards de dollars au Canada en 2017 pour 3,7 millions de personnes atteintes et ceci n’inclut pas les coûts indirects et sociaux attribuables à cette maladie2 . Cette dernière engendre souvent des complications graves étant responsables de 30 % des accidents vasculaires cérébraux, 25 % des chirurgies cardiaques, 40 % des cas d’insuffisance rénale, 50 % des amputations d’étiologie non traumatiques , en plus d’être la cause première de dialyse et de cécité chez les adultes de moins de 65 ans. Le diabète affecte significativement la trajectoire de vie du patient, en plus d’imposer un fardeau social majeur et d’entraîner d’importants coûts pour le système de santé. Les Québécois qui vivent avec le diabète sont deux fois plus à risque de mourir précocement comparativement à ceux qui ne vivent pas avec cette maladie. La prise en charge de ces complications requiert des soins intégrés de haut niveau et une équipe interdisciplinaire dédiée.