10e journée scientifique du CRCHUM : La place des femmes en recherche


La contribution des femmes à la science était à l’honneur en cette 10e journée scientifique du Centre de recherche du CHUM (CRCHUM), le 17 octobre 2019. La journée scientifique du CRCHUM s'inscrit à l'intérieur de l'événement Innove-Action 2019. « Le CRCHUM est un milieu extrêmement accueillant pour les femmes et nous avons voulu mettre en valeur les chercheuses de notre centre, mais aussi d’ailleurs au Canada », a expliqué d’entrée de jeu Lise Gauvin, présidente du comité d’organisation de la journée et directrice adjointe scientifique pour la recherche en santé des populations au CRCHUM, à une salle comble.

Figures inspirantes de la recherche en santé, les conférencières ont captivé l’auditoire avec des présentations sur leurs recherches sur le cancer et, notamment, sur l’immunothérapie — véritable révolution dans l’avancement des traitements contre le cancer. Exploitation des cellules immunitaires rares pour guérir les maladies auto-immunes, recherche sur les mélanomes, origines de la leucémie lymphoblastique aiguë, cancer de l’ovaire, partenariat avec des patients, et bien d’autres thèmes encore, ont témoigné de l’avancement et de l’évolution de la recherche.

La pause-repas a non seulement permis aux participants de réseauter avec des pairs, mais aussi de rencontrer les futurs experts. En effet, 37 étudiants de 2e et 3e cycles, postdoctorants, fellows et résidents du CRCHUM et du CHUM ont présenté leurs recherches à l’aide d’écrans tactiles situés dans l’agora attenante à l’auditorium. L’un d’eux a confié que sortir de son laboratoire pour parler de ses travaux à la communauté scientifique était une grande source de motivation.

Plusieurs attendaient l’après-midi avec impatience : un panel, animé par Carole Jabet, directrice scientifique du Fonds de recherche du Québec – Santé, a permis aux panélistes de partager avec la salle leurs réflexions sur le thème : Cultiver l'agilité et l'innovation en recherche : Regards féminins. Les panélistes ont insisté sur la nécessité, pour les chercheuses, de se faire confiance, d’avoir un réseau de pairs et des mentors, d’oser remettre les normes en question et de soutenir les jeunes, garçons et filles, dans leur parcours scolaire pour que les sciences soient vues comme une option professionnelle passionnante.

Venait ensuite la conférence très attendue de l’invitée d’honneur de la journée, Mona Nemer, conseillère scientifique en chef du premier ministre du Canada, de la ministre des Sciences et du Cabinet. Cette dernière a souligné l’importance de l’accès aux sciences pour les femmes. « Avoir plus de sciences, c’est un projet de société, et non un problème de femmes », a-t-elle souligné, rappelant que la plupart des emplois de l’avenir dépendront de la science. Soulignant qu’un nombre grandissant de personnes ne font pas confiance à la science, elle a invité les chercheurs à avoir plus d’engagements publics et à faire connaître leurs travaux. Pour souligner sa contribution à la science, Vincent Poitout a remis le titre de chercheur honoraire du CRCHUM à Mme Nemer.

Le directeur du CRCHUM a aussi procédé à une remise de bourses de 500 $ à 5 étudiants qui s’étaient distingués lors de la présentation de leurs recherches pendant la pause repas. Félicitations à :

  • Simon Michon, étudiant à la maîtrise
  • Romane Manceau, Yunuen Cervantes Spinosa et Caroline Dufour, étudiantes au doctorat
  • Anne Laure Castel, stagiaire postdoctorante

Trois chercheuses ont aussi reçu conjointement le Prix des Bâtisseuses, en reconnaissance de leur contribution exceptionnelle à la recherche au CHUM et de leadership pour briser les frontières entre la recherche fondamentale et la recherche clinique, entre les disciplines et entre les institutions. Félicitations à :

  • Anne-Marie Mes-Masson, directrice adjointe scientifique pour la recherche fondamentale et translationnelle au CRCHUM
  • Diane Provencher, responsable de la division universitaire de gynécologie oncologique
  • Morag Park, directrice du Centre de recherche sur le cancer Rosalind & Morris Godman de l’Université McGill.

La journée s’est conclue avec de sages paroles de Vincent Poitout : « Somme toute, on ne devrait même pas avoir à discuter des questions de genres, de cultures, ou d’horizons. J’espère que dans quelques années, nous n’aurons plus à en parler. La science est une entreprise humaine, et non une affaire d’hommes. »

Événement à venir :

Innove-Action 2019