Lancement de l’École de l’intelligence artificielle en santé du CHUM

SUR LA PHOTO :
Dr Fabrice Brunet, pdg du CHUM, Dr Julien Martel, urgentologue au CHUM, Nathalie Beaulieu, directrice de l’enseignement et de l'Académie du CHUM, Louise Béliveau, vice-rectrice aux affaires étudiantes et aux études à l’Université de Montréal, Sylvain Bédard, patient coordonnateur au Centre d'excellence sur le partenariat avec les patients et le public (CEPPP), Dr Mickaël Chassé, intensiviste et chercheur au CHUM, Dr Vincent Oliva, chef du département de radiologie et de médecine nucléaire au CHUM, Julie Chaurette, pdg de la Fondation du CHUM, Marc M. Tremblay, président du CA de la Fondation du CHUM.

 

Montréal, le 14 novembre 2018 ─ Le CHUM et l’Université de Montréal ont annoncé aujourd’hui la création de la toute première école de l’intelligence artificielle (IA) appliquée au domaine de la santé issue d’un milieu francophone, l’École de l’intelligence artificielle en santé du CHUM (ÉIAS). Mise sur pied par le CHUM, par le biais de son Académie, conjointement avec l’Université de Montréal, ses facultés et ses écoles, l’ÉIAS a pour objectif d’accompagner et de soutenir les acteurs des systèmes de santé dans l’appropriation, l’implantation et la valorisation de l’IA, au bénéfice des équipes, des patients et de la population. L’ÉIAS traitera notamment des thèmes de l’acceptabilité (sociale, légale, éthique, etc.), de la transformation des métiers, des professions, des pratiques et des équipes, ainsi que de la transformation de l’organisation et du système de santé.

L’IA au service de la santé

L’IA offre des possibilités sans précédent en santé, que ce soit par le biais de l’analyse des données massives pour mieux comprendre, détecter et traiter les maladies ou encore par la robotisation. Innovation de rupture, l’IA transformera de manière rapide et profonde les soins, l’enseignement, la recherche et la gestion des systèmes de santé. Or, les enjeux que représente l’implantation de l’IA dans ce domaine sont considérables et nécessitent une démarche structurée pour que celle-ci soit un succès et apporte une réelle valeur aux équipes et à la population. « L’École que nous lançons aujourd’hui avec nos partenaires a comme objectif de soutenir les acteurs des systèmes de santé au sein de cette transformation en mettant à leur disposition les éléments nécessaires au changement de culture, de structure organisationnelle, de gestion et d’accompagnement des intervenants et de mesures d’impact, tout au long du processus de transformation » a souligné le président-directeur général du CHUM, le Dr Fabrice Brunet. « Elle est la première école de l’intelligence artificielle au monde issue d’un milieu francophone à se concentrer sur le développement des capacités humaines et l’implantation en milieu réel de l’IA et permettra au CHUM et à l’Université de Montréal de rayonner internationalement, grâce à une collaboration avec plus de 100 centres hospitaliers universitaires ».

Une école pour tous les niveaux

L’ÉIAS est destinée à tous les professionnels de la santé exerçant dans les systèmes de soins et dans les entreprises directement ou indirectement liées à la santé, incluant tous les déterminants de la santé (environnement, alimentation, urbanisme, économie, etc.). De manière progressive à compter de janvier 2019, elle offrira une programmation, adaptée aux différentes clientèles et à leur niveau de maîtrise de l’IA. « De la sensibilisation par le biais de lunch and learn ou de capsules numériques, au perfectionnement avancé par le biais d’un programme diplômant, en passant par l’habilitation (ateliers pratiques, simulation) et l’expérimentation sur le terrain, l’ÉIAS saura répondre aux besoins des différents acteurs de la santé, et ce, en plusieurs langues. » a indiqué Nathalie Beaulieu, directrice de l’enseignement et de l’Académie CHUM. « Agile et proactive, elle se démarque par son caractère évolutif et contextualisé. Elle place l’humain au centre de la transformation pour augmenter sa capacité de soigner. »

L’ÉIAS s’appuie sur cinq piliers que sont le curriculum de formation, le corps professoral, les lieux de stages, le développement de carrières et la création de valeur. Les départements et les services du CHUM en sont partie intégrante, non seulement en tant que milieu de stage, mais aussi en tant que lieu d’implantation et d’expérimentation de l’IA. Tel que l’a souligné le Dr Vincent Oliva, chef du département de radiologie et de médecine nucléaire du CHUM : « L’IA a déjà commencé à révolutionner la médecine. Elle est aujourd’hui utilisée non seulement pour évaluer le volume cérébral pour la détection de la maladie d’Alzheimer, mais aussi pour évaluer la fonction cardiaque, détecter des nodules pulmonaires et prédire des cancers. Elle va redéfinir et bonifier le rôle de l’imagerie médicale ».

L’ÉIAS : un projet en partenariat

La création de l’ÉIAS ne saurait être possible sans l’engagement de l’Université de Montréal, de ses facultés et de ses écoles. « En plus de contribuer à l’avancée de l’intelligence artificielle, l’Université de Montréal accompagne son déploiement dans la société, en formant les travailleurs à son utilisation et en œuvrant pour qu’elle se développe de façon éthique et responsable. Devenir partenaires de cette nouvelle école au CHUM nous permet de contribuer positivement à la transformation du milieu de la santé, là où l’intelligence artificielle a le potentiel d’améliorer grandement notre qualité de vie », a indiqué la vice-rectrice aux affaires étudiantes et aux études de l’université, Louise Béliveau.

Le CHUM collaborera d’abord de manière plus étroite avec la Faculté des arts et sciences de l’Université de Montréal et Mosaic HEC, le pôle multidisciplinaire de formation et de recherche d’HEC Montréal spécialisé en management de l’innovation et de la créativité. Des professeurs titulaires, mais également des étudiants, contribueront notamment au développement du contenu des activités de l’École. L’ÉIAS pourra finalement compter sur l’appui de plusieurs autres partenaires institutionnels et privés.  

Innove-Action : 3 jours pour réinventer la santé

L’annonce de la création de l’École de l’intelligence artificielle en santé du CHUM s’inscrit dans la programmation de l’événement Innove-Action qui se déroule du 13 au 15 novembre au Centre de recherche du CHUM (CRCHUM). Au cours de ces trois journées, plus de 1200 acteurs du milieu de la santé – professionnels, chercheurs, étudiants, gestionnaires, décideurs, patients et partenaires industriels – participeront à la quarantaine d’activités interactives réunies sous le  thème Réinventer la santé : intelligence augmentée et innovations. Pour en savoir plus ou pour consulter le programme : innoveactionchum.ca. Pour suivre l’événement sur un appareil mobile, téléchargez, l’application pour IOS et Android EventMobi (code : Innoveaction2018).

Revoyez le lancement de l'ÉIAS