Projets de recherche en recrutement de participants

La recherche est un élément majeur de la mission du CHUM. Elle vise à repousser les limites de la connaissance, et à faire en sorte que les découvertes se traduisent en changements de pratiques pour améliorer la prévention des maladies, leur diagnostic, et leur prise en charge.

Les chercheurs du CRCHUM et leur équipe mènent différents projets de recherche permettant d'acquérir de nouvelles connaissances pour mieux comprendre les causes des maladies et d'évaluer de nouvelles pratiques ou de nouveaux médicaments.

La réalisation de ces projets ne peut se faire sans l'implication de participants (volontaires sains ou présentant une condition médicale précise) que ce soit pour des essais thérapeutiques avec un médicament, un instrument ou une technique médicale ou encore pour des projets dont le but est de comprendre les facteurs sociaux, culturels, économiques et environnementaux des maladies afin de mieux les prévenir. L'implication des participants à ces projets peut prendre différentes formes : sondages, entrevues, don de sang ou de salive, tests de diagnostic, prise de médicaments, etc.

Vous retrouverez sur cette page, une liste de quelques-uns des projets de recherche en phase active de recrutement de participants au CHUM.

Pour toute autre étude, veuillez en parler avec votre médecin.



COVID-19

Essai clinique pour les personnes testées positives à la COVID-19

Projet SHARE - Étude sur la transmission du virus de la COVID-19

Transplantation

Perspectives des patients et des professionnels de la santé sur l’application de technologies de médecine de précision dans les politiques d’allocation d’organes

Perspectives des acteurs clés autour des enjeux éthiques et logistiques associés au don vivant différé ou en échange d’un certificat en transplantation rénale au Canada

Récits de soi des transplantés, un vecteur de transdisciplinarité via le mentorat par les pairs
 

Fertilité

Projet de recherche offrant une nouvelle approche en fertilité
 



Au cours de la dernière année, les efforts déployés pour développer des vaccins et des traitements contre la COVID-19 ont permis de faire connaître les essais cliniques au grand public comme jamais auparavant. Saviez-vous qu’au Québec, près d’une étude sur quatre cible l’oncologie ? Ce qui classe l’oncologie au 1er rang, loin devant les autres champs thérapeutiques. Plus de 2 000 personnes atteintes de cancer ont participé à un essai clinique en 2020, dans plus de 20 hôpitaux à travers le Québec. Au CHUM, il existe actuellement 132 protocoles actifs en recrutement de patients en oncologie.

Chaque 20 mai, la Journée internationale de la recherche clinique est soulignée à travers le monde. Elle célèbre les progrès que la recherche clinique permet de faire dans la découverte de nouveaux traitements et de sensibiliser un plus vaste public à l’importance des essais cliniques en santé.

Pourquoi le 20 mai ?

Il faut remonter en 1747 pour retracer les origines de la recherche clinique. C’est le 20 mai de cette année-là qu’un jeune médecin écossais du nom de James Lind entreprit ce qui est aujourd’hui considéré être le premier essai clinique.

Son but ? Comparer divers traitements expérimentaux sur un groupe de douze marins atteints de scorbut. Il divisa donc le groupe en plusieurs petits groupes à qui il administra une substance différente. Quelques jours après le début de leur traitement, les marins à qui on administra des agrumes virent leurs symptômes disparaître. Bien que la méthodologie se soit grandement affinée depuis, le Dr Lind venait de jeter les bases de la recherche clinique.

Pour en apprendre davantage sur la recherche clinique, visitez le site web du Q-CROC.