Traiter la psychose avec le cannabidiol : est-ce justifié?


Une étude systématique révèle que ce médicament devrait encore être utilisé à titre expérimental
 

La consommation de cannabis pour un usage thérapeutique et récréatif est légale au Canada et dans quelques États des États-Unis. Dans les deux pays, le cannabidiol, plus connu sous son acronyme CBD, a suscité beaucoup d’enthousiasme notamment pour le traitement contre la psychose. Mais cette allégation thérapeutique est-elle scientifiquement prouvée?

Non pas pour l’instant, affirment les chercheurs du Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CRCHUM) dans une récente étude publiée dans le journal Psychiatry Research. Selon eux, les preuves scientifiques actuelles ne sont ni assez concluantes ni assez précises pour justifier cet usage.

Au travers de leur revue systématique des études scientifiques testant les vertus antipsychotiques du CBD chez les personnes affectées par des troubles psychotiques, les chercheurs n’ont pu détecter que huit études examinant l’efficacité du CBD. Pour compiler ces données, ils ont consulté les principales bases de données scientifiques sur une période s’étendant de 1970 à 2019.

« Dans l’ensemble, nous n’avons pu constater que des preuves limitées concernant l’efficacité du CBD en tant qu’antipsychotique. Et, aucune ne démontre clairement que le CBD pourrait être la source d’une amélioration du fonctionnement cognitif au sein de cette population. Notre étude nous amène à mettre en garde les cliniciens et la communauté scientifique sur l’enthousiasme généré par l’utilisation du CBD comme traitement de la psychose. Celle-ci n’est pas suffisamment étayée pour généraliser son utilisation dans la pratique clinique en dehors des protocoles de recherche », déclare Stephanie Coronado-Montoya, co-première auteure de l’étude et doctorante dans le laboratoire du Dr Didier Jutras-Aswad.

Elle et ses collègues espèrent que la diffusion de ces résultats permettra de lutter contre la désinformation entourant l’usage du CBD comme antipsychotique et sensibilisera les Canadiens à la nécessité de poursuivre les efforts de recherche pour évaluer ses propriétés thérapeutiques. D’autres essais cliniques randomisés devront être réalisés afin de pouvoir déterminer le contexte dans lequel la thérapie par CBD pourrait être bénéfique et sur quel type de patient.
 

Plus d’informations

  • La schizophrénie est l’un des troubles psychotiques les plus répandus;
  • Au total, 210 participants âgés de 18 à 68 ans ont participé aux quatre études d’observation et aux quatre études expérimentales (essais contrôlés randomisés) retenues pour les besoins de l’analyse;
  • Cette recherche a été appuyée par le Fonds de Recherche du Québec — Santé.