Le Centre de recherche du CHUM décerne ses Prix d'excellence 2018

Lauréats des Prix d'excellence 2018

Le Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CRCHUM) est heureux d’annoncer les lauréats de la septième mouture des Prix d'excellence 2018. Instaurés en 2012, ces prix soulignent, chaque année, la contribution exceptionnelle de chercheurs du CHUM, s’étant particulièrement illustrés par leurs travaux de recherche. Les Prix d’excellence sont remis dans trois catégories distinctes : « Contribution scientifique de l’année », « Jeune chercheur » et « Carrière ». L’implication des chercheurs honorés contribue grandement à faire du CRCHUM un milieu de réalisations et de découvertes reconnues à l’échelle mondiale.

« Je suis fier de remettre ces distinctions à nos lauréats, des chefs de file international dans leur domaine d’excellence! Les résultats de leurs travaux démontrent que la recherche est essentielle pour générer des connaissances et des bénéfices concrets pour les patients et la population », affirme le Dr Vincent Poitout, directeur de la recherche du CHUM et directeur scientifique du CRCHUM.

Diane Provencher, M.D., FRSC, FACOG. Prix d'excellence ‒ Carrière
 


Chercheuse au CRCHUM, chef de la division de gynécologie oncologique et professeure titulaire à l’Université de Montréal, la Dre Diane Provencher est une véritable « leader » dans la recherche pour la santé des femmes. Elle se mérite le Prix d’excellence en recherche 2018 dans la catégorie « carrière », en reconnaissance de sa contribution scientifique exceptionnelle tout au long de sa carrière.

Dre Diane Provencher a dédié les 30 années de sa carrière à la recherche sur le cancer des ovaires. Reconnue par ses pairs pour son expertise en gynécologie et oncologie, elle a rédigé plus de 210 publications scientifiques sur le sujet. Ses travaux de recherche et essais cliniques ont permis l’introduction des PARP (poly-ADP-ribose-polymérase-1), des molécules qui agissent sur le système de réparation de l’ADN, chez les femmes atteintes de cancer. Plus récemment, elle a permis l'accès aux injection intrapéritonéale de chimiothérapie ainsi que des avancées en immunothérapie dans le cancer de l’ovaire. Avec la collaboration de Anne-Marie Mes-Masson, chercheuse au CRCHUM, elle a participé à l'élaboration de plusieurs lignées cellulaires spontanément immortalisées provenant du cancer de l’ovaire, mais aussi de cultures primaires, de modèles 3D sphéroïde, et plus récemment de tissus ex-vivo microdisséqués cultivés sur une plateforme microfluidique. Dre Provencher est également impliquée dans la création et le maintien d'une vaste banque de tissus ovariens rassemblant des échantillons congelés frais d’ovaires normaux, de tissus bénins et tumoraux, de cultures primaires dérivées de tissus cancéreux et des échantillons fixés et conservés en paraffine.

« À titre de clinicienne, il m’a toujours semblé incontournable d’être partenaire dans le travail clinique, dans la recherche fondamentale et avec les patientes. », conclut la Dre Provencher.

An Tang, M.D., M.SC., FRCPC, Prix d'excellence ‒ Jeune chercheur

 

Chercheur régulier au CRCHUM depuis 2012, le Dr An Tang se mérite le Prix d'excellence en recherche 2018 dans la catégorie « jeune chercheur ». Ce prix souligne la contribution scientifique exceptionnelle d’un chercheur dont le programme de recherche est établi depuis moins de dix ans. Diplômé avec honneurs, la progression de carrière du Dr Tang est fulgurante et son expertise en imagerie hépatique est reconnue.

Directeur d'imagerie abdominale au Laboratoire clinique de traitement de l'image (LCTI) et clinicien-chercheur boursier du Fonds de recherche du Québec—Santé, les travaux de recherche du Dr An Tang sont orientés sur l’étude des biomarqueurs par imagerie quantitative d'hépatopathies chronique (imagerie de la stéatose, fibrose et inflammation) et l'investigation d'approches diagnostiques en imagerie du cancer du foie. Au fil des ans, avec le financement nécessaire et la collaboration de chercheurs seniors au CRCHUM, Dr Tang a  mis en place un programme de recherche indépendant dont l'objectif est de développer des techniques d'imagerie permettant d'améliorer le diagnostic et le suivi de maladies chroniques du foie et du cancer hépatique.

Le programme de recherche en imagerie hépatique du Dr Tang a non seulement permis de couvrir plusieurs facettes de la recherche médicale (avec 97 publications scientifiques à son actif), mais a également eu un impact sur les transferts cliniques permettant d’améliorer la prise en charge de nos patients. On peut avancer, sans l’ombre d’un doute, que le programme de recherche du Dr Tang a contribué à faire rayonner le CHUM au niveau international.

« Honoré de recevoir le Prix d'excellence en recherche 2018 dans la catégorie jeune chercheur, je suis extrêmement reconnaissant envers mes mentors qui m'ont appuyé et les chercheurs du CRCHUM avec qui je collabore. Je m'estime privilégié de pouvoir travailler dans un environnement multidisciplinaire où je peux côtoyer des fondamentalistes au CRCHUM et des cliniciens du CHUM à la poursuite d'idéaux scientifiques.  L'imagerie de pathologies du foie vit présentement une transformation vers les biomarqueurs quantitatifs dont le processus de découverte est facilité par des techniques d'intelligence artificielle. », conclut le Dr Tang.

Adriana Di Polo, Ph. D., Prix d'excellence ‒ Contribution scientifique de l'année
 


La chercheuse au CRCHUM et professeure au Département de neurosciences de l’Université de Montréal, Adriana Di Polo remporte le Prix d’excellence en recherche 2018 dans la catégorie « Contribution scientifique de l’année », en reconnaissance de sa récente étude intitulée « L’insuline induit la régénération de dendrites et  synapses et rétablie le fonctionnement du circuit rétinien après une lésion axonale » publiée dans la prestigieuse revue Brain. Adriana Di Polo et son équipe de recherche ont fait une percée scientifique pour le traitement du glaucome, problème de cécité qui touche près de 60 millions de personnes dans le monde. Ils ont découvert que les neurones de la rétine ont la capacité de régénérer leurs dendrites (les prolongements arborescents des cellules nerveuses) après une lésion du nerf optique. L'administration d'insuline par gouttes ophtalmiques rétablit la communication entre les neurones et le fonctionnement de la rétine. Cette découverte majeure a été accueillie avec enthousiasme par la communauté scientifique et a bénéficié d’une large couverture médiatique (la presse, la radio et la télévision, aux niveaux national et international).

Les travaux de recherche d’Adriana Di Polo auront des implications prometteuses sur l’étude des maladies neurodégénératives.

« Nous avons découvert qu’il est possible de stimuler la repousse des dendrites, ces longs prolongements qui permettent aux neurones de recevoir l’influx nerveux, et de restaurer des connexions synaptiques fonctionnelles après une lésion du nerf optique. En effet, l’insuline, administrée par gouttes oculaires, stimule cette régénération des dendrites et permet à nouveau la communication entre les neurones ainsi que la récupération de la fonction de la rétine. Il serait possible ainsi de freiner le glaucome et d’améliorer la vue des patients », conclut Adriana Di Polo.

> Lire la publication (en anglais)

À Propos des Prix d'excellence en recherche du CRCHUM

Les Prix d'excellence en recherche CRCHUM sont des prix honorifiques décernés à des chercheurs du CHUM qui contribuent de façon significative l'avancement de la recherche en santé. Les lauréats sont sélectionnés parmi les quelque 150 chercheurs réguliers de l'institution.

Pour en savoir plus

Consultez la fiche des récipiendaires pour découvrir leur profil, leurs publications scientifiques et les archives des communiqués de presse en lien avec leurs recherches.

> Lauréats des Prix d'excellence 2017