COVID-19 : Nathalie Grandvaux et Andrés Finzi reçoivent 1,8M$ de la FCI et du gouvernement du Québec


Cette image est un photomontage.

Nathalie Grandvaux et Andrés Finzi voient leurs projets financés par des contributions de la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI) et du gouvernement québécois.

Dans le cadre du Fonds des occasions exceptionnelles de la FCI, le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, Navdeep Bains, a annoncé un investissement de près de 28 millions de dollars dans l’infrastructure de recherche.

Pour son projet « Laboratoire de confinement 3 pour l’étude et l’exploitation de la réponse immunitaire innée dans la lutte contre le SRAS-CoV-2 », Nathalie Grandvaux, chercheuse régulière de l’axe Immunopathologie, a obtenu une subvention totale de près de 535 000 $. Ce soutien financier lui permettra d’équiper une des salles de culture cellulaire dédiée à l’étude du SRAS-CoV-2 et située dans le laboratoire de niveau de confinement 3 (NC3) du CRCHUM qui répond aux normes internationales les plus strictes. L’acquisition d’une plateforme haute performance d’analyse des réponses antivirale et pro-inflammatoire (Cytation 5, Biotek) permettra aussi d’accélérer l’identification de cibles thérapeutiques qui pourront être testées dans des études précliniques.

Avec l’arrivée de ces nouveaux équipements, le NC3 augmentera la capacité de recherche du Québec face à la pandémie actuelle et les futures. Il facilitera aussi la formation de professionnels de recherche et d’étudiants sur la manipulation et l’étude de virus, le développement d’antiviraux et de vaccins.

Quant à Andrés Finzi, son projet « Caractérisation des réponses B et T spécifiques au virus SARS-CoV-2 » lui a permis de décrocher un financement d’un peu moins de 1,3 M$. Nicolas Chomont et le Dr Daniel Kaufmann sont également de l’aventure à titre de chercheurs associés. Grâce à ce montant, cette équipe de l’axe Immunopathologie pourra investir dans deux équipements de pointe : un interféromètre biocouche (système Octet RED96, Sartorius) et un trieur cellulaire à grande vitesse (FACSAria Fusion, BD).

Ces deux technologies de pointe permettront aux chercheurs de définir précisément le mode de reconnaissance des anticorps anti-SARS-CoV-2 (interféromètre biocouche), d’isoler, caractériser et cloner des cellules B uniques spécifiques du SARS-CoV-2 (trieur cellulaire à grande vitesse), et de définir le profil moléculaire des cellules T spécifiques du SARS-CoV-2.

Dans les deux cas, le CRCHUM et la Faculté de médecine ont abondé respectivement à hauteur de 50 000 $.

Comme le soulignait Navdeep Bains dans le communiqué de presse officiel, « les chercheurs et les scientifiques canadiens contribuent à protéger notre santé et assurer notre sécurité ; ils sont essentiels à la découverte d’une issue à la pandémie de COVID-19. Grâce au financement accordé par l’entremise du Fonds des occasions exceptionnelles, le gouvernement du Canada s’assure que ces Canadiens talentueux disposent de l’équipement et des outils nécessaires, qui les aident à faire leur très important travail. »

Un autre chercheur du CRCHUM, Frédéric Leblond, a bénéficié d’une subvention FCI d’environ 550 000 $ par le biais de son statut de professeur à Polytechnique Montréal.