Semaine du don d’organes et de tissus

Généreux est celui qui a signé sa carte et donné ses organes pour sauver la vie des autres.  

C’est le cas de Francis Beaulieu. Il a décidé de donner un de ses reins à son frère, qui souffrait d’une maladie rénale dégénérative depuis quelques années. Son état s’étant beaucoup détérioré vers la fin de l’année 2018, il a été transféré au CHUM en clinique de transplantation et son nom a été ajouté sur la liste des personnes en attente d’un rein. Il ne lui restait plus qu’à espérer que l’attente ne soit pas trop longue. C’est à ce moment que Francis Beaulieu a d’emblée proposé à son frère de lui donner un de ses reins.

Les tests de compatibilités

Maintenant retraité du réseau de la santé, Francis Beaulieu était bien au courant qu’il était possible de faire un don de rein vivant. Il a tout de suite entamé les procédures pour savoir s’il était un donneur compatible pour son frère. À la base, il devait être en bonne santé, mais leurs groupes sanguins devaient aussi être compatibles pour aller de l’avant dans cette démarche. La prise en charge médicale s’est faite très rapidement : rencontre avec les médecins, examens physiques, prises de sang, tests d’urine, scans, médecine nucléaire, tests cardiaques, gastroentérologie, rencontre avec un ORL, mais aussi des suivis psychologiques. C’est avec beaucoup d’angoisse, mais surtout avec une grande détermination, que Francis a traversé tout ce processus. Il voulait tout simplement, sauver son frère.

Trois mois s’étaient écoulés depuis que Francis avait manifesté son intention de donner un rein. Son frère venait tout juste de commencer la dialyse, lorsqu’en février, les deux frères ont finalement reçu l’appel des équipes du CHUM qui allait changer le reste de l’histoire. Francis pouvait donner un de ses reins. Quelle belle nouvelle! Dès qu’ils ont raccroché, la date de l’opération était fixée et tous les deux ne pouvaient espérer que le meilleur.

Le jour de la greffe

La veille de l’opération, Francis fait son entrée à l’hôpital et est pris en charge pour le grand jour. Il se souvient d’être descendu au bloc opératoire, s’être dit que tout allait bien se passer et s’être finalement endormi. Après quelques heures d’opération, Francis est de retour dans sa chambre et demande tout de suite à l’infirmière si son frère était lui aussi remonté. Quelque temps après, son frère est de retour à l’étage, s’installe, tente de se mettre à l'aise et les deux frères peuvent enfin se retrouver. L’émotion est palpable.

« L’infirmière est venue me chercher pour que j’aille voir mon frère. Tout s’est remis à fonctionner normalement et rapidement pour lui. Il avait repris des couleurs. C’était beau. Le pire était enfin derrière lui. J’étais tellement content. »

Et après…

Deux mois plus tard, Francis Beaulieu est en pleine forme. Il est sorti de l’hôpital trois jours après l’opération et a repris ses activités rapidement. Les équipes du CHUM suivront Francis pendant un an après l’intervention, à intervalles réguliers. Il n’a aucune séquelle. La relation avec son frère est encore plus forte. Il voulait améliorer sa qualité de vie et c’est exactement ce qui s’est passé.

« Si c’était à refaire, je le refais demain matin. »

Un geste altruiste

À l’origine, Francis trouvait son geste naturel. C’est le regard des gens autour de lui qui lui a fait réaliser que son geste était bien plus grand que ce qu’il pensait.

« Je l’ai fait pour mon frère, c’était juste normal. Ce sont les gens de l’extérieur qui ont vu mon geste plus grand que je ne le voyais. J’ai vraiment pris conscience de ce que j’avais fait quand le docteur m’a dit que j’avais sauvé plus d’une vie; celle de mon frère, mais aussi la vie d’une personne sur la liste qui allait recevoir un rein beaucoup plus vite. »

Semaine du don d’organes et de tissus

Du 21 au 27 avril a lieu la Semaine du don d’organes et de tissus. Le CHUM est un établissement en santé spécialisé en greffe de rein vivant et en greffe pulmonaire. C’est une équipe de plus d’une cinquantaine de personnes qui prend soin des patients et qui assure le bon fonctionnement de la clinique et de l’unité de soins. En 2018, la moyenne d’âge des donneurs au CHUM était de 56 ans et nos spécialistes ont donné un nouveau souffle à la vie pour 88 personnes grâce au don d’organes.

Lorsque nous parlons de don d’organes, nous parlons des reins, du cœur, des poumons, du foie, du pancréas et de l’intestin. Un seul donneur peut aider 8 personnes à retrouver une qualité de vie. Il ne faut pas oublier les dons de tissus qui sont très importants pour nos patients à l’unité des grands brûlés. Les dons de tissus vont bien au-delà des dons de peau : les principaux tissus greffés sont les os, les valves du cœur, les tendons et les cornées. Un seul donneur peut procurer des tissus à 20 autres personnes!

La formidable équipe de Gestion de décès du CHUM assure un contact rapidement avec les familles des défunts pour discuter de la possibilité de consentir au don d’organes et de tissus. Après avoir obtenu une formation en 2017, les membres de cette équipe ont permis de doubler le pourcentage de référencement de donneurs potentiels au CHUM en 2018.

Pour en savoir plus sur le don d’organes et de tissus, nous vous invitons à consulter les sites de Transplant Québec et d’Héma-Québec.

En signant votre carte, vous signez pour le don d’organes et de tissus humain. C’est beaucoup plus qu’une simple signature : vous sauvez des vies.