Première canadienne : Jonathan Richard reçoit la bourse amfAR en VIH / SIDA

Jonathan Richard
Le chercheur postdoctoral au Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CRCHUM) Jonathan Richard devient le premier récipiendaire affilié à une institution canadienne à recevoir la prestigieuse bourse Mathilde Krim Fellowship in Basic Biomedical Research de l'organisme américain amfAR, la Fondation pour la recherche sur le sida.

Le programme Krim Fellowship vise à soutenir de jeunes scientifiques brillants en recherche de solutions innovantes dans le domaine du VIH / SIDA. Quelques scientifiques canadiens travaillant dans des centres de recherche et universités étrangères figurent parmi les récipiendaires passés. Mais pour la première fois, l'une des trois bourses décernées cette année est remise à un canadien affilé à un centre de recherche et une université canadiennes, confirme amfAR. 

Cette bourse de 150 000 $ sur deux ans constitue un tremplin pour la carrière de Jonathan Richard, postdoctorant dans le laboratoire du chercheur Andrés Finzi. « L'objectif de cette bourse est de développer mon propre programme de recherche afin d'obtenir un poste de chercheur universitaire indépendant dans un avenir rapproché », espère-t-il.

Jonathan Richard effectue sa formation postdoctorale sous la direction du chercheur au CRCHUM et professeur à l'Université de Montréal Andrés Finzi, qui a reçu cette même bourse en 2010 à titre de chercheur postoctoral au Dana-Farber Cancer Institute de l'École de médecine de Harvard. En seulement quatre ans de travail postdoctoral, Jonathan Richard a cosigné 23 publications et établi des collaborations avec des chefs de file dans le domaine des vaccins grâce à sa participation à CHAVI-ID, un important consortium de vaccin contre le VIH.

Mieux armer les cellules tueuses pour éliminer le VIH-1

Le jeune chercheur s'intéresse aux cellules tueuses naturelles (NK), un type de lymphocytes. Chez les patients infectés, le virus de l'immunodéficience humaine (VIH)  a développé plusieurs stratégies afin de se protéger de ces cellules. 

« Je cherche à restaurer, voire amplifier la capacité des cellules tueuses à faire leur travail pour éliminer le VIH. J'ai identifié deux protéines de l'hôte qui pourraient améliorer leur capacité à reconnaître et détruire les cellules infectées par le VIH. La bourse amfAR va me permettre d'explorer les effets de la stimulation de ces protéines hôtes sur l'activité des NK, pour augmenter leur capacité à reconnaître les cellules infectées et les détruire », explique Jonathan Richard.

Jonathan Richard espère développer un traitement curatif qui aurait pour effet de diminuer la quantité de cellules qui sont infectées chez les patients atteints par le VIH et permettre au système immunitaire de potentiellement contrôler l'infection.

> Communiqué de presse amfAR