Nos bénévoles, des anges gardiens appréciés


Michel Tessier fait partie des bénévoles qui continuent d’être présents auprès des patients en transportant, entre autres, des gâteries de leurs proches. Chaque semaine, les bénévoles, en collaboration avec les équipes Accueil-Admission et Transport des patients, distribuent plus de 200 paquets dans l’hôpital. Comme le témoigne madame Renée Baillargeon, dont le conjoint est hospitalisé au CHUM, cette initiative est appréciée.

« Quand la maladie frappe fort un de ses proches, quand la pandémie rend impossible les visites, quand le désespoir se pointe, alors arrivent en renfort les messagers bénévoles du CHUM.

Le service de bénévolat, un service complémentaire? Non je ne crois pas, d’ailleurs je n’y ai jamais cru. De tous les temps, il est demeuré à mes yeux un service essentiel.

La preuve, seuls les services essentiels sont maintenus en pandémie, dont le service bénévole, fidèle au rendez-vous – restreint, peut-être, mais toujours au poste!

Ce sont ces messagers d’espoir qui permettent de me relier à André à travers mes paniers « douceurs de vivre » pour rendre l’insupportable plus supportable.

Mais un panier sans messager pour acheminer les douceurs à la chambre ne peut pas honorer sa mission première... Réchauffer le cœur et adoucir les peines!

Alors le messager permet ce lien, rend la chose possible, contribue aux petits miracles quotidiens qui font toute la différence pour la personne malade et ses aidants! Merci à vous tous, mon cœur ne contient pas assez de « mercis » pour vous exprimer toute ma reconnaissance.

Je me souviendrai longtemps de ce printemps aride, de cette pandémie qui a fait bien des ravages dans la vie de bien des gens, mais jamais je n’oublierai les messagers d’espoir, un baume sur nos souffrances!

Y-a-t-il encore quelqu’un qui ose dire que le service bénévole n’est pas un service essentiel? Sûrement quelqu’un qui n’a pas encore eu la chance de profiter des multiples bienfaits de ce service.

Mais ça viendra... un jour ou l’autre on finit par tomber sous le charme des bénévoles!

Longue vie au bénévolat qui ne connaîtra jamais de période de chômage »