Merci au personnel de l’urgence pour votre respect, votre chaleur et votre empathie

Cet article est extrait du CHUMAGAZINE – Été 2019

Le Dr André Lefebvre, un médecin de famille montréalais qui a pris sa retraite en 2008 après 52 ans de pratique, est décédé à l’urgence du CHUM au début de mars 2019. Une de ses filles, Louise, elle-même infirmière, a transmis de touchants remerciements à Karell Bossé, infirmière-chef à l’urgence. Voici l’essentiel de son message.

Bonjour Mme Bossé,

Je m’adresse à vous comme chef d’unité de l’urgence pour que vous puissiez remercier chaleureusement tout le personnel de soins ayant côtoyé mon père, André Lefebvre, entre son arrivée à l’urgence dans la nuit du 1er mars dernier et son décès en fin de nuit, le 2 mars.

Mon père avait 88 ans et plusieurs problèmes de santé; sa mort était donc prévisible à assez court terme. Au même titre que les bons soins qu’il a prodigués à sa clientèle pendant sa pratique médicale de 52 ans à Montréal, je lui souhaitais une mort digne, respectueuse, accompagnée de soins de qualité en fin de vie; c’est ce qu’il a connu dans votre unité où nous avons dû le transférer à cause de douleurs angineuses non soulagées.

Pendant les dernières 24 heures de la vie de mon père, l’équipe de soins a su démontrer du respect et de la chaleur à son égard – mais, surtout, elle a fait preuve de beaucoup d’empathie auprès des proches présents. Je me fais aujourd’hui la porte-parole de la famille pour remercier particulièrement :

  • Les infirmières, bienveillantes à tout moment;
  • Les préposés qui ont effectué leurs soins avec doigté et ont accommodé les proches présents;
  • L’urgentologue qui, avec humanité, nous a expliqué les étapes à venir;
  • La gériatre, venue rapidement au chevet de mon père, et la cardiologue, très empathique, avec qui j’ai confirmé le niveau de soins attendu;
  • Le résident qui m’a signifié avec calme que la condition de mon père se détériorait et qui a ensuite expliqué aux proches les décisions à prendre dans ce contexte de fin de vie imminente;
  • L’infirmière qui a administré une médication à mon père afin de le soulager dans ses derniers instants et qui nous a laissé tout le temps nécessaire pour faire nos adieux.

L’équipe en place à l’urgence côtoie la mort régulièrement. Par contre, perdre un être cher est toujours une grande souffrance pour les proches qui sont souvent anxieux, exigeants et impatients. Tout le personnel de votre équipe a su déployer les attitudes et les comportements assurant des soins de qualité et l’accompagnement attendu pour les proches.

Louise Lefebvre, M. Sc. inf.