Le Centre de recherche du CHUM et ses partenaires forment un consortium contre le cancer

Lancement du Consortium


Dans le but d’améliorer les traitements offerts aux 18 000 patients atteints de cancer traités annuellement, les meilleurs chercheurs, centres de cancérologie et hôpitaux de Montréal et l’Institut de recherche Terry Fox ont formé un partenariat afin de réaliser de nouvelles avancées dans le domaine de la médecine personnalisée et de précision.

Le Centre de recherche du CHUM figure parmi les institutions du Consortium contre le cancer de Montréal (CCM) qui regroupe aussi le Centre de recherche sur le cancer Goodman (CRCG), le Centre de recherche de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC), l’Hôpital général juif (HGJ), le Centre d’innovation Génome Québec et Université McGill et l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM).

Pour l’Institut de recherche Terry Fox, le lancement de ce consortium marque une nouvelle étape vers l’atteinte de son objectif d’accélérer l’application de la médecine de précision pour tous les Canadiens. Le Consortium est le second projet pilote créé par l’Institut dans le cadre de sa stratégie visant à former un réseau pancanadien de centres de cancérologie.

Les membres du projet pilote montréalais poursuivront l’élaboration d’une nouvelle stratégie de traitement du cancer qui renforce le système immunitaire du patient pour qu’il combatte le cancer. Ce traitement appelé immunothérapie a récemment donné des résultats impressionnants chez certains patients.

Yves Tellier, 70 ans, a remarqué une petite tache foncée sur sa jambe. Ce qu’il croyait être une blessure causée par un bâton de golf s’est avéré être un mélanome au stade IV. C’était il y a six ans et, lorsqu’une tumeur métastatique a été découverte sur sa colonne vertébrale en 2013, il a reçu des traitements d’immunothérapie et de chimiothérapie au CHUM. Son état de santé s’est amélioré de façon spectaculaire. « Je suis actuellement en rémission complète et j’ai très peu d’effets secondaires. Je mène maintenant une vie active normale. Je peux faire du ski, du vélo, de la plongée libre et jouer au golf. N’eût été ce traitement, je suis convaincu que je ne serais pas vivant aujourd’hui. Grâce à ce nouveau consortium, les chercheurs ne travailleront plus chacun de leur côté. Le regroupement aidera à faire progresser les traitements contre le cancer, et c’est une excellente nouvelle pour les patients. »

Le Consortium contre le cancer de Montréal se concentrera en premier lieu sur les traitements d’immunothérapie pour le mélanome et la leucémie aiguë. Il se servira par la suite des connaissances et des ressources acquises pour soutenir les traitements d’autres types de cancers. « À Montréal, nous avons le leadership dans ce domaine de recherche. Il y a également un besoin clinique à combler en matière de nouveaux traitements à élaborer afin que davantage de patients traités au moyen de cette thérapie obtiennent de meilleurs résultats. Actuellement, seulement 20 à 30 % des patients qui reçoivent des traitements d’immunothérapie répondent bien à ceux-ci », indique le co-chercheur principal du projet pilote, le Dr John Stagg, chercheur et professeur agrégé du CRCHUM, Faculté de pharmacie de l’Université de Montréal.

Les chercheurs du CCM, en travaillant en collaboration, tenteront également de mieux comprendre comment les divers aspects du système immunitaire sont liés à la leucémie aiguë et pourquoi la thérapie fonctionne chez certains patients, mais pas chez d’autres. Ils espèrent découvrir de nouveaux biomarqueurs et de nouvelles cibles qui répondront aux traitements d’immunothérapie.

« Au total, le Consortium contre le cancer de Montréal tirera profit des données de plus de 18 000 patients annuellement et de plus de 50 essais cliniques continus en immunothérapie et en médecine de précision dans le but de créer l’un des pôles d’innovation en oncologie les plus centrés sur le patient au Canada », déclare le Dr Ian Watson, Chaire de recherche du Canada en génomique fonctionnelle du mélanome et professeur adjoint, Département de biochimie de l’Université McGill, membre du Centre de recherche sur le cancer Goodman et co-chercheur principal du projet de CCM.

Plusieurs organisations appuyant l’initiative verseront une somme totale de 6,5 M$ au CCM au cours des deux prochaines années. À titre de catalyseur du projet, l’IRTF fournira 2 M$. Parmi les autres bailleurs de fonds, il y a notamment Oncopole, Génome Québec, le Centre de recherche sur le cancer Goodman et l’Institut du cancer de Montréal.

« Nous sommes ravis de voir la formation de ce partenariat avec les meilleurs chercheurs, cliniciens et centres de cancérologie universitaires et de santé de Montréal. En regroupant leurs travaux et en établissant ces nouvelles collaborations, nous créons un nouveau modèle de travail qui a le potentiel de changer réellement les choses dans les cliniques. Ce sont d’excellentes nouvelles pour les patients vivant ici, au Québec, et partout au Canada », affirme le Dr Victor Ling, président et directeur scientifique de l’IRTF.

« Ce partenariat est le résultat d’une importante mobilisation entre les différents hôpitaux et centres de recherche de Montréal impliqués dans la lutte contre le cancer. Nous sommes très heureux d’offrir une contribution de 750 000 $ pour créer ce consortium qui répond au besoin de structurer l’écosystème en vue d’offrir des solutions innovantes aux patients », mentionne Stéphanie Lord-Fontaine, directrice générale d’Oncopole.

« Génome Québec salue cette initiative de l’Institut de recherche Terry Fox qui a pour objectif de réunir les forces et les expertises de la recherche en cancer ainsi que des institutions de santé de Montréal. Nous sommes fiers de participer, à titre de partenaires, au soutien des études génomiques des projets concernés. Le Consortium contre le cancer de Montréal (CCM) favorisera l’intégration des données génomiques en clinique et l’implantation de la médecine de précision. Nous sommes persuadés que le CCM contribuera à faire de Montréal un environnement compétitif, optimal et durable pour la recherche sur le cancer, et ce, pour le plus grand bénéfice des patients », souligne Daniel Coderre, président-directeur général de Génome Québec.

 

The CHUM Research Center and its partners form a consortium against cancer

Seeking to improve treatments for 18,000 annual cancer patients, leading researchers, cancer centres and hospitals in Montreal and The Terry Fox Research Institute have partnered to generate new advances in personalized and precision medicine.

The multi-institutional Montreal Cancer Consortium (MCC) comprises the Université de Montréal Hospital Centre Research Centre (CRCHUM), Goodman Cancer Research Centre (GCRC), Centre de Recherche Hôpital Maisonneuve-Rosemont, Institute for Research in Immunology and Cancer (IRIC), Jewish General Hospital (JGH), the McGill University and Génome Québec Innovation Centre, and the Research Institute of the McGill University Health Centre (RI-MUHC).

For the Terry Fox Research Institute, the launch of this consortium marks another step forward in accelerating precision medicine for all Canadians. The consortium is the second pilot project the Institute has created as part of its strategy to form a pan-Canadian network of linked cancer centres from coast to coast.

The Montreal pilot project members will further develop a new cancer treatment strategy that enhances an individual’s immune system to fight cancer called immunotherapy, which has recently shown impressive results for some patients.

A small dark spot on his lower leg that Yves Tellier, 70, thought was an injury from a golf club turned out to be Stage IV melanoma. That was six years ago and when metastatic disease was found on his spine in 2013, he was treated with immunotherapy and chemotherapy at Notre-Dame Hospital. His health improved dramatically. “I am currently in complete remission with very few side effects. I now have a normal, active life. I can ski, golf, cycle and scuba dive. Had it not been for this treatment, I am convinced I would not be alive today. Thanks to this new consortium, instead of working on their own, the amalgamation of these researchers will help advance cancer treatments, and that is great news for patients.”

The Montreal Cancer Consortium will focus on immunotherapy treatments for melanoma and acute leukemia initially and use the knowledge and resources gained to support other cancer types. “We have both leadership in this research area in Montreal and also an unmet clinical need for new treatments to be developed so that more patients treated with this therapy have better outcomes. Currently only 20-30 per cent of patients who receive immunotherapy respond well to the treatment,” remarks pilot project co-principal investigator Dr. John Stagg, CRCHUM researcher and associate professor, Faculty of Pharmacy, Université de Montréal.

Working together, the MCC researchers will also aim to better understand how various aspects of the immune system relate to acute leukemia and why therapy works for some patients but not others. They hope to identify new biomarkers and novel targets that will respond to immunotherapy treatments.

“In total, the Montreal Cancer Consortium will harness the data power of more than 18,000 patients annually and more than 50 ongoing precision medicine and immunotherapy clinical trials, with the goal of developing one of the most patient-centric oncology innovation poles in Canada,” says Dr. Ian Watson, Canada Research Chair in Functional Genomics of Melanoma and assistant professor, Department of Biochemistry at McGil, member of the Goodman Cancer Research Centre, and co-principal investigator for the MCC project.

The MCC will receive $6.5 million over the next two years from several organizations supporting the initiative. As the project catalyst, TFRI is providing $2 million and Oncopole, Genome Québec, Goodman Cancer Research Centre and Institut du Cancer de Montréal are among several other co-funders.

“We are delighted to see the formation of this partnership with Montreal’s leading health and academic cancer centres, researchers and clinicians. In consolidating their work, and forging these new collaborations, we are creating a new working paradigm that has the potential to make a real difference in the clinic and that is great news for patients living here in Quebec and anywhere in Canada,” says Dr. Victor Ling, TFRI’s president and scientific director.

“This partnership is the outcome of an important mobilization effort across different Montreal hospitals and research centers involved in the fight against cancer. We are proud to contribute $750,000 to the consortium creation that responds to the co-ordination needed to bring innovative solutions to patients,” explains Stéphanie Lord-Fontaine, executive director of Oncopole.

“Génome Québec salutes this initiative of the Terry Fox Research Institute that aims to bring together cancer research organizations and experts, and Montréal’s health institutions. We are proud to participate, as a partner, in supporting genome studies in the projects involved. The Montreal Cancer Consortium (MCC) promotes clinical integration of genomic data and the implementation of precision medicine. We are convinced that the MCC will help make Montréal a competitive, ideal and sustainable environment for cancer research, for the greater good of patients,” says Daniel Coderre, president and CEO of Génome Québec.