AVIS : Entraves à la circulation sur la rue Saint-Denis les 2-3 et 4 mars. Merci de prévoir vos déplacements.

L’équipe d’Isabelle Doré et la Fondation Virage remportent un prix du Programme québécois de cancérologie

- 4 min
Équipe d'Isabelle Doré

De gauche à droite : Guillaume Bastarache (Fondation Virage, CHUM), Isabelle Brisson (Fondation Virage, CHUM) / absente sur la photo, Maude Bergeron (Fondation Virage, CHUM), Lise Pettigrew (Fondation Virage, CHUM), Isabelle Doré (CRCHUM), Alexia Piché (CRCHUM).

Dans le cadre du congrès 2022 du Programme québécois de cancérologie, l’équipe d’Isabelle Doré, chercheuse de l’axe Carrefour de l’innovation, a décroché avec la Fondation Virage le Prix de cancérologie 2022 dans la catégorie « Soutien aux personnes touchées par le cancer ».

Derrière cette reconnaissance provinciale se cache le programme de préadaptation iACTIF destiné aux personnes ayant reçu un diagnostic de cancer et en attente d’une opération chirurgicale.

Dans la période transitoire entre le diagnostic et la chirurgie, la préadaptation permet aux personnes touchées par la maladie d’optimiser leur santé physique et psychologique.

Le but? Diminuer entre autres la sévérité des symptômes liés au diagnostic ou des complications chirurgicales.

À ce sujet, la littérature scientifique est limpide.

Les personnes atteintes d’un cancer présentent des risques élevés de déconditionnement physique, de symptômes anxieux et dépressifs, de fatigue ou encore de douleurs associées à la maladie et aux traitements.

Un programme unique au pays

Selon l’équipe de recherche, le programme de prédaptation iACTIF, développé et testé avec la Fondation Virage en milieu hospitalier, est unique du fait qu’il est offert en groupe et dans un format virtuel.

La plupart des interventions de préadaptation au Canada, et ailleurs dans le monde, proposent plutôt un suivi individuel et en clinique.

Alexia Piché, étudiante à la maîtrise en sciences de l’activité physique (Université de Montréal) et membre de l’équipe d’Isabelle Doré, a veillé à favoriser les interactions sociales et à susciter un sentiment d’appartenance au sein du groupe de personnes participantes.

Au travers de trois séances de 90 minutes par semaine supervisées par un kinésiologue, les patientes et les patients se voyaient ainsi proposer de faire à la maison une série d’activités physiques pendant 60 minutes par le biais de la plateforme de communications Zoom.

Les 30 minutes suivantes étaient réservées à des présentations éducatives données directement sur Zoom par des kinésiologues, des psychologues ou des nutritionnistes. Les sujets abordés — sommeil, soutien psychosocial ou nutrition — permettaient au groupe de se préparer au mieux avant l’opération chirurgicale.

Implanté dans la réalité hospitalière

Les premiers résultats du projet de recherche montrent qu’il est possible d’offrir un tel programme de préadaptation et que celui-ci est bien accepté par les personnes participantes.

L’équipe de recherche d’Isabelle Doré a aussi constaté que ces mêmes personnes amélioraient leurs capacités physiques, et parvenaient à diminuer leur stress ou leurs symptômes anxieux et dépressifs.

Des bienfaits ont même pu être observés chez celles qui n’avaient pu suivre que deux à cinq séances de préadaptation avant de subir leur opération chirurgicale.

De récentes études scientifiques le rappellent : plus la personne atteinte d’un cancer commence tôt l’activité physique, plus les bénéfices pour sa santé se font sentir, que ce soit par exemple une diminution significative du risque de récidive ou de mortalité par cancer.

La majorité des 25 personnes, ayant participé au projet de recherche, ont maintenu leurs saines habitudes de vie après leur opération chirurgicale.

En général, elles ont amélioré leur niveau d’activité physique. Les trois-quarts d’entre elles ont débuté ou se sont inscrits à un programme de réadaptation 12 semaines après la chirurgie.

L’esprit d’équipe avant tout

Pour développer et implanter ce programme en préadaptation qui répond aux besoins des Québécoises et des Québécois, Alexia Piché et Isabelle Doré n’ont pas cheminé seules.

Elles ont pu compter sur l’étroite collaboration de Maude Bergeron, Isabelle Brisson et Guillaume Bastarache, trois kinésiologues de la Fondation Virage, un organisme communautaire situé au Centre intégré de cancérologie du CHUM et voué au soutien des personnes atteintes d’un cancer.

Sans parler de l’implication de Lise Pettigrew, directrice générale de la Fondation Virage, de patients partenaires du CHUM, de gestionnaires, d’infirmières, d’oncologues, de nutritionnistes ou de psychologues du CHUM.

Aujourd’hui, le programme de préadaptation iACTIF fait partie intégrante des services offerts par la Fondation Virage. Et, un tel succès pourrait bien faire des émules partout au pays.

Plus de détails sur le projet de recherche de l’équipe d’Isabelle Doré : « Développement et évaluation de l’implantabilité d’un programme virtuel de préadaptation multimodale en groupe pour les patients en attente d’une chirurgie pour le cancer » (présentation du 17 novembre 2022 disponible en format PDF)

À propos des Prix de cancérologie

Remis annuellement dans le cadre du congrès du Programme québécois de cancérologie, les prix de cancérologie visent à reconnaître des projets ayant pour objectif d’améliorer les soins et services aux personnes touchées par le cancer.

Les noms de toutes les équipes lauréates des prix de cancérologie pour l’édition 2022 ont été révélés le 24 novembre dans le cadre du congrès virtuel du Programme québécois de cancérologie : « Ensemble, en réseau, pour vaincre le cancer ».

 

L’équipe d’Isabelle Doré et la Fondation Virage remportent un prix du Programme québécois de cancérologie

Contribution