Les partenaires du réseau en troubles concomitants se mobilisent


Le Centre d’expertise et de collaboration en troubles concomitants (CECTC) du RUISSS de l’UdeM a tenu sa 3e activité scientifique en formule hybride, le 10 novembre dernier, à l’amphithéâtre Pierre-Péladeau, sur le thème de la collaboration intersectorielle. « L’événement rassemble des gens de tous les horizons : milieu communautaire, universitaire, santé, services policiers, personnes avec expérience vécue de la maladie, etc. C’est extrêmement riche d'avoir un groupe avec des savoirs si variés aujourd’hui. » a dit le Dr Didier Jutras-Aswad, chef du département de psychiatrie du CHUM et président du CECTC.

Un avant-midi riche en apprentissages

Le Dr Didier Jutras Aswad a rappelé que l’événement scientifique de l'an dernier avait permis de repérer les enjeux auxquels font face les personnes avec des troubles concomitants (santé mentale et toxicomanie)  que ce soit sur le plan de leur santé physique, de l’éducation ou de la judiciarisation. L’objectif de l’édition 2021 était d’approfondir ces enjeux et de trouver collectivement des pistes de solutions pour mieux répondre collectivement aux besoins de ces personnes. 

Les conférenciers ont d'abord abordé les enjeux de la collaboration intersectorielle et l’implication des partenaires patients comme agents de transformation. Nassera Touati, professeure titulaire à l’École Nationale d’administration publique (ENAP), a par exemple souligné l’importance de briser les silos pour soutenir l’intersectorialité. Pour sa part, Vincent Dumez, codirecteur du Centre d’excellence sur le partenariat avec les patients et le public (CEPPP) a  rappelé la nécessité de mobiliser le patient, les parents et les proches dans la réflexion. Un parent d'un jeune homme vivant avec un trouble concomitant a également partagé son expérience en soulignant l’importance pour les spécialistes d'intégrer les proches dans le parcours de traitement, et de miser sur les savoirs de ces personnes.

Les conférences du matin se sont conclues avec un exemple concret de collaboration intersectorielle entre la Régie intermunicipale de police Thérèse-De-Blainville et le CISSS des Laurentides. Les retombées positives de ce partenariat sont multiples, tant pour la clientèle que pour les équipes sur le terrain. 

Un après-midi qui met en pratique les connaissances

Les participants ont ensuite participé à des ateliers sur la collaboration intersectorielle en troubles concomitants. Le but de l’exercice était de repérer des enjeux, d’échanger sur les défis rencontrés et de faire ressortir des solutions gagnantes en lien avec trois thématiques ; organisations de santé et les milieux communautaires, de la diversité et des défis spécifiques de l’intersectorialité en région. 

Empathie comme moteur à la collaboration

Le panel animé par Karine Bertrand, vice-présidente du CECTC, était très attendu. Il a permis aux panélistes d’échanger et de se prononcer sur des avenues d’amélioration qui favorise la collaboration intersectorielle :

  1. L’empathie: mieux comprendre les enjeux et les perspectives des partenaire
  2. Mobiliser les personnes concernées : consulter et impliquer les personnes avec expérience vécue et leurs proches 
  3. Indicateurs de performance : faire évoluer les indicateurs utilisés dans le réseau pour qu'ils prennent en considération l'importance de la collaboration 

La journée s’est terminée par la remise de deux prix reconnaissant la contribution d'une équipe qui s'est engagée auprès des personnes souffrant de troubles concomitants. L’ÉQIIP SOL a reçu le prix Intégration pour le développement d'une approche intégrée pour mieux répondre, en partenariat avec des organismes communautaires, aux besoins des jeunes avec une psychose émergente et une toxicomanie qui vivent en situation d'itinérance. Le prix reconnaissance a été remis à Guillaume Tremblay, chargé de projet pour Méta d'Âme, en gratitude à son apport incroyable pour les personnes qui vivent avec une toxicomanie, des problèmes de santé mentale et des troubles concomitants. 

Cette journée a plu aux participants, qui ont aimé l’accessibilité des contenus, le réseautage, et les discussions empreintes de respect et d’ouverture.

Consultez l’album Flickr.

À suivre…

Ne manquez pas la prochaine édition de l’activité scientifique du CECTC le 9 novembre 2022.