Bénévoles du CHUM : l’engagement qui fait du bien!


La veste bleue : signe d’engagement de nos bénévoles.

Les bénévoles du CHUM et le Service de bénévolat, animation et loisirs, qui les encadre dans les multiples facettes de leur contribution, sont à l’honneur dans ces articles.

Extrait de l’édition Hiver 2020 du CHUMAGAZINE, consacrée à l’engagement.

LA VESTE BLEUE : SIGNE D’ENGAGEMENT DE NOS BÉNÉVOLES 

Au CHUM, tôt le matin, en plein après-midi ou en soirée, de semaine comme de fin de semaine, vous croiserez inévitablement une veste bleu royal. La personne qui la porte fait partie des quelque 1000 bénévoles de l’établissement. Avec un sourire plein de sollicitude, on vous invitera probablement à poser la question qui vous brûle les lèvres : « Comment je fais pour…? »

« Quand on a imaginé le CHUM, raconte Lise Pettigrew, chef du Service de bénévolat, animation et loisirs (SBAL), on a voulu que tout le monde soit bien accueilli, et je pense que c’est mission accomplie. » Sept jours sur sept, avec une répartition sur trois « quarts de travail », ce sont 300 bénévoles qui se relaient aux différents postes d’accueil de l’hôpital.

Le bénévolat au CHUM s’exprime de bien des façons!

Le volet Écoute, avec plus de 24 000 interventions d’une vingtaine de minutes par année, occupe un autre groupe de bénévoles souhaitant visiter des patientes et patients afin de leur offrir une présence chaleureuse, une écoute empathique et de petits services. Mais ne fait pas de l’écoute qui veut : il faut d’abord suivre une formation. « Pour nous, insiste Lise Pettigrew, le volet Formation est extrêmement important; chaque bénévole reçoit deux formations avant d’entrer en fonction, et nous offrons aussi de la formation avec la collaboration des psychologues du CHUM. »

D’autres préfèrent se consacrer à des interventions en loisirs – on parle de plus de 18 000 interventions par année – qui visent à exaucer les souhaits des patientes et patients en tenant compte de leurs valeurs, de ce qui les touche. Pensons à des activités de jeux de société, de chant au chevet de personnes hospitalisées, d’activités artistiques, de zoothérapie, de distribution de chocolats pour la Saint-Valentin ou de ballons pour fêter un anniversaire, etc.

Le SBAL et les bénévoles, c’est aussi une bibliothèque mobile, un service de coiffure aux chambres, un soutien organisationnel et événementiel (p. ex. : clinique de vaccination contre la grippe, ou grandes conférences), un comptoir vestimentaire pour dépanner les personnes hospitalisées les plus démunies…

Pour financer ces nombreuses activités, le SBAL organise différentes collectes de fonds, comme la vente de boissons, de livres, d’objets portant le logo du CHUM, de ballons pour souligner l’anniversaire de votre collègue, etc. Tous les profits sont utilisés pour une bonne cause : améliorer l’expérience du patient et de la patiente.

Lise Pettigrew estime que c’est le soutien de l’ensemble de l’établissement qui permet à son service de développer tout son potentiel : « J’ai un appui inconditionnel de la direction générale du CHUM, qui reconnaît et a toujours reconnu le travail fabuleux de nos bénévoles. L’ensemble des équipes collabore aussi volontiers à nos activités. »

Jeunes et moins jeunes bénévoles

Bien qu’une bonne partie des bénévoles soient des personnes retraitées, les jeunes portent aussi la veste bleue. Il y a d’abord le Programme implication jeunesse (PIJ), qui permet à des jeunes de 14 à 17 ans de faire une immersion dans le monde du bénévolat en milieu hospitalier, les amenant souvent à opter pour une carrière en santé. De plus, la plupart des étudiantes et étudiants en année préparatoire à la médecine de l’Université de Montréal effectue un passage au CHUM en cours d’année, et le SBAL coordonne leurs stages.

Pourquoi porter la veste bleue?

« Le rayonnement du CHUM nous amène d’excellents bénévoles, explique Lise Pettigrew. Les jeunes veulent explorer, d’autres veulent redonner, car ils ont été bien soignés; des gens ont été inspirés par des bénévoles qu’ils ont vus en pleine action; des personnes nouvellement arrivées au pays se portent volontaires afin de connaître la culture et de mieux s’intégrer. »

Les bénévoles se plaisent tellement dans leur rôle que plusieurs restent 10, 15, 20 ans, voire davantage. La majorité offre quatre heures de leur temps chaque semaine, mais certaines personnes y sont presque à temps plein.

Mais laissons parler quelques bénévoles…

     - Claudette Davignon est la doyenne des bénévoles du CHUM, avec près de 45 ans de service, ayant commencé à l’Hôpital Notre‑Dame dans les années 70 : « C’est le travail le plus rémunérateur de toute ma vie : on reçoit énormément de gratitude, des remerciements, un sourire, tout le monde est heureux qu’on soit là. »

     - Francine et Roland Brouillette se sont joints aux bénévoles du CHUM en 1991. L’engagement de Roland Brouillette a d’ailleurs été reconnu par le prix Yvon‑Deschamps 2016. Pourquoi porter la veste bleue ensemble? « Nous croyons que l’expérience d’un engagement conjoint mérite d’être vécue et qu’elle fournit beaucoup de moments gratifiants qui ont une grande influence sur la vie de couple. »

     - Sophie Lamarche est patiente au CHUM. En 2018, un collègue, lui-même bénévole, lui suggère de joindre le groupe de bénévoles. Depuis, elle offre deux dimanches par mois aux soins intensifs et s’apprête à devenir patiente partenaire : « J’aime ça être bénévole; ça fait du bien d’aider les gens et ça me permet de garder un morceau de moi au CHUM, qui m’a si bien soignée. »

     - France et Francine Bourassa, bénévoles depuis 2017, aiment bien surprendre les gens : « Nous sommes des jumelles identiques et faisons du bénévolat ensemble au CHUM. Il arrive qu’un patient nous dise : “Je viens tout juste de vous croiser à un autre étage.” »

     - Pour France Gauthier, retraitée depuis 2018, être bénévole au CHUM lui permet de donner un sens à sa vie, dans une perspective humaine : « J’aime ce que je fais, c’est enrichissant. C’est ce sentiment d’accomplissement qui donne tout son sens à mon bénévolat au CHUM. »

     - Pierre Bélisle est bénévole au CHUM depuis plus de 10 ans. Il a, dit-il, développé un 6e sens pour les gens qui ont besoin d’aide et avec qui il fait la conversation lorsque c’est possible : « Les gens aiment qu’on les aide. J’essaie de diminuer leur niveau de stress. Être bénévole au CHUM, c’est une source de grand plaisir! »

DU BONHEUR À REVENDRE AU SERVICE DE BÉNÉVOLAT, ANIMATION ET LOISIRS

Ce qui frappe le plus en entrant au Service de bénévolat, animation et loisirs, c’est le vent de bonne humeur qui y souffle et réchauffe l’atmosphère. On réalise rapidement que les énergiques membres de la petite équipe adorent les gens, leur travail et leur gestionnaire, Lise Pettigrew, qu’ils n’hésitent pas à décrire comme la meilleure patronne qu’ils ont eue!

Lise Pettigrew, quant à elle, chérit son équipe, dont le rôle est d’encadrer près de 1000 bénévoles, sept jours sur sept. Depuis le recrutement et la formation des bénévoles jusqu’à l’accompagnement lors de multiples activités de loisirs pour les patientes et patients du CHUM, en passant par la logistique et le volet administratif, rien n’échappe au Service de bénévolat, animation et loisirs. « C’est la première fois que je travaille quelque part où le temps file si vite et si bien que j’en oublie d’aller manger ou de partir à la fin de la journée! », raconte Marie‑Josée Poirier, agente administrative depuis 2019, qui se promet de revenir au CHUM porter la veste bleue des bénévoles après son départ à la retraite, dans quatre ans.

Quand on questionne les membres de l’équipe sur les expériences les plus émouvantes vécues au CHUM, les exemples pleuvent, tels que : choisir la musique pour une personne s’apprêtant à recevoir l’aide médicale à mourir; organiser un mariage avec des bénévoles ou faire des empreintes de main d’un jeune patient avec de la peinture sur de petits tableaux.

On comprend pourquoi nos bénévoles propagent si facilement le bonheur dans tout l’hôpital. Car, au-delà de la bonne humeur et de l’énergie qui impressionnent au départ, c’est l’extrême humanisme qui définit cette équipe!

UNE CHANSON EN L’HONNEUR DE NOS BÉNÉVOLES

Claude Robillard est auteur, compositeur, interprète et… bénévole au CHUM. Son expérience est si enrichissante qu’il a composé De porte en porte, une chanson qui nous plonge dans l’univers d’un bénévole entrant dans une chambre de l’hôpital pour y passer quelques moments avec un patient. Le CHUM a produit une vidéo avec cette chanson, interprétée par Claude Robillard. À voir sur la chaîne vidéo du CHUM sur YouTube.

Envie de vivre vous aussi une expérience de bénévolat hors du commun?

Vous trouverez tous les renseignements sur la page Web du CHUM consacrée au Service de bénévolat, d’animation et de loisirs.