Photo historique de l'Hôpital Notre-Dame

L'Hôpital Notre-Dame

Version imprimable

1880-1900

Devant l’impossibilité de disposer d’un établissement pouvant répondre adéquatement à ses besoins, la succursale de l’Université Laval à Montréal décida de fonder un hôpital catholique de 50 lits. Le mandat fut alors confié au secrétaire de la succursale de l’Université Laval à Montréal, le Dr  Emmanuel Persillier-Lachapelle. Avec l’aide de M. Victor Rousselot, prêtre de Saint-Sulpice et curé de la paroisse Notre-Dame, et de Mère Julie Haineault-Deschamps, de la congrégation des Sœurs grises, le docteur E.-P. Lachapelle fonde, le 27 juillet 1880, l’Hôpital Notre-Dame dans les anciens locaux de l’hôtel Donegana situés sur la rue Notre-Dame.

L’institution se constitue alors en corporation laïque dirigée par des médecins, une innovation à l’époque, et revendique immédiatement son statut d’institution d’enseignement, inscrivant résolument l’univers hospitalier dans le courant de la professionnalisation. Ce mouvement est caractérisé par la présence marquée des médecins au sein des structures financières et médicales, par l’introduction de nouvelles techniques de diagnostic et de traitement et par la spécialisation des soins à travers les progrès des sciences fondamentales.

Entre 1880 et 1890, l’hôpital ouvre six dispensaires spécialisés de médecine, de chirurgie, de psychiatrie, d’oto-rhino-laryngologie, d’ophtalmologie et d’électricité médicale. En 1893, l’Hôpital Notre-Dame prend en charge une épidémie de scarlatine.

La première École d’infirmières canadiennes-françaises est créée à l’Hôpital Notre-Dame en 1898 par sœur Élodie Mailloux.

1900-2000


Les locaux de l’ancien hôtel Donegana devenant de plus en plus vétustes et inadéquats, des projets de construction impliquant une nouvelle bâtisse ont commencé à prendre forme. Dès 1901, le terrain situé sur la rue Sherbrooke est acheté et les plans préliminaires sont étudiés. Toutefois, un événement imprévu est venu perturber les priorités. En effet, l’Hôpital Notre-Dame s’engage envers l’Hôtel de Ville de Montréal à construire un hôpital civique pour malades contagieux. En 1904, l’aile sud du nouvel Hôpital Notre-Dame est construite alors qu’en 1905, l’Hôpital Saint-Paul pour malade contagieux accueille ses premiers patients.

La construction de l’Hôpital Notre-Dame s’est étendue sur près de 20 ans avant d’être complétée. De nombreux déboires financiers et la Première guerre mondiale ont ainsi retardé à plusieurs reprises l’issue des travaux et le nouvel hôpital n’a été achevé qu’en 1924.

Au cours des années 40 et 50, de nouveaux services spécialisés orientés vers la recherche, tels l’Institut du cancer et le Centre d’orthophonie, sont mis en place, permettant à l’hôpital de répondre aux nouvelles normes d’une société plus avancée sur le plan technologique. En 1952 et en 1960, les pavillons Mailloux et Lachapelle sont construits et annexés à l’Hôpital Notre-Dame. L’hôpital compte alors 1 095 lits. Finalement, en 1968, l’Hôpital Notre-Dame acquiert la Conciergerie Maisonneuve qui deviendra plus tard le pavillon L.-C. Simard.

Entre 1898 et 1968, l’École d’infirmières affiliée à l’Hôpital Notre-Dame forma pas moins de 3 071 diplômées.

Le 1er octobre 1996, l’Hôpital Notre-Dame signe le protocole d’entente qui le rattache au Centre hospitalier de l’Université de Montréal et fait de lui un des trois hôpitaux du CHUM.

2000- …


En mai 2000, le ministère de la Santé et des Services sociaux décide de construire le CHUM sur un site unique. Une première phase des travaux de transition est alors déposée. Les autorisations sont accordées en mai 2001. En 2002, arrive un nouveau directeur général au CHUM, ce qui provoque une révision des priorités.

Le 3 novembre 2003, la Commission d’analyse des projets d’implantation des nouvelles installations du CHUM et du CUSM est mise en place et est présidée par MM. Daniel Johnson et Brian Mulroney. Le rapport a été remis le 16 avril 2004 au ministère de la Santé et des Services sociaux. En mars 2004, le Volet 3 est présenté au ministère de la Santé et des Services sociaux. Ce plan de transition commande de grands travaux d’infrastructures qui permettront de mettre en commun les ressources, d’harmoniser les pratiques médicales et de préparer les gens à la réalité d’un centre hospitalier sur un site unique.

Le 15 octobre 2004, un groupe de travail interministériel sur le Projet d’implantation d’une technopole regroupant le CHUM et les facultés des sciences de la santé de l’Université de Montréal est mis en place. Finalement, après différentes recommandations, le 24 mars 2005, le gouvernement du Québec a annoncé que le CHUM sera implanté au 1000 Saint-Denis en 2010.