BIO 2019 : le CRCHUM répond présent

Lors de la conférence BIO 2019, le ministre Pierre Fitzgibbon a annoncé les contributions financières que s’est engagé à faire son ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI) dans les sciences de la vie québécoise. Certains de nos chercheurs participent directement à des projets de recherche financés par le Ministère. La direction du CRCHUM se dit fière de l’engagement de nos chercheurs et de leur apport scientifique capital à ces projets d’envergure.

Tour d’horizon des financements communiqués lors de cette grande Mecque de l’innovation en biotechnologie tenue à Philadelphie.

Grâce à une contribution du MEI de 3,3 millions de dollars, le CQDM, consortium de recherche biopharmaceutique fondé en 2008, financera cinq projets de recherche collaborative d’une valeur totale de 15,5 millions de dollars, dont celui du Dr Pavel Hamet. Ce dernier développera avec l’entreprise OPTI-THÉRA un test génétique destiné à prédire les risques de complications cardiovasculaires et rénal chez les patients atteints de diabète, permettant un traitement préventif ciblé. Ce projet de 701 000 $ est soutenu par les laboratoires Servier, le CQDM et OPTI-THÉRA.

D’autres projets de recherche mentionnés par le ministre ont été retenus dans le cadre du Fonds d’accélération des collaborations en santé (FACS).

Le Dr Emil Toma, microbiologiste-infectiologue au CHUM, participera à un projet-pilote qui a pour objectif d’augmenter l’efficience des équipes de soins et dans la prise en charge des patients se présentant à l’urgence avec des symptômes d’infection respiratoire ou de diarrhée. Assortie d’une subvention de 2,6 millions de dollars, cette étude est menée par le CHU de Québec — Université Laval.

De son côté, le Dr Marc Bilodeau, hépatologue au CHUM, fera partie d’une équipe de recherche constituée de membres de sept centres de recherche universitaires du Québec et de l’étranger et dirigée par l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie de l’Université de Montréal. Fort d’une subvention de 10 millions de dollars, les scientifiques développeront de nouveaux médicaments contre le cancer en collaboration avec la compagnie biopharmaceutique Bristol-Myers Squibb.

Le Dr Philip Wong, radio-oncologue au CHUM, et le Dr Fred Saad, chef du service d’urologie au CHUM, uniront leurs forces aux chercheurs et cliniciens du consortium québécois contre le cancer pour doubler le recrutement des patients dans des essais cliniques avancés en oncologie et développer l’infrastructure de soutien aux découvertes en médecine personnalisée et immunothérapie au Québec. Sous la direction du Centre de recherche sur le cancer Goodman de l’Université McGill, ce regroupement de scientifiques issus de six grands hôpitaux et centres de recherche en oncologie montréalais bénéficiera d’une subvention de 10 millions de dollars.

Finalement, le ministre Pierre Fitzgibbon a octroyé deux subventions du FACS d’un total de 15,4 millions de dollars à l’Institut de cardiologie de Montréal pour piloter deux projets d’envergure en médecine de précision. Jacques Le Lorier participera au projet « Leadership international en études cliniques de médecine de précision » tandis que Thierry Alquier fera partie de l’équipe de chercheurs œuvrant sur le projet « Infléchir l’athérosclérose par la médecine de précision ». Ce dernier permettra d’identifier les patients répondant le mieux aux thérapies du futur et rendra tangible la médecine de précision.

Financement de la recherche clinique précoce au Québec
À l’occasion du même congrès, CATALIS Québec a annoncé que ses huit partenaires pharmaceutiques — GlaxoSmithKline, Pfizer, AbbVie, Takeda, Novartis, Merck, Servier et Roche — ont renouvelé leur engagement financier.

CATALIS uébec est un organisme sans but lucratif indépendant, financé par le ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec et par l’industrie pharmaceutique. Depuis le lancement de l’organisme en 2017, ses partenaires pharmaceutiques ont investi près de 1,6 million de dollars afin de soutenir le rôle du Québec en tant que chef de file mondial dans le domaine de la recherche clinique précoce. Le MEI, lui, a injecté 5,3 millions de dollars dans cette initiative.

Rappelons que CATALIS Québec mobilise une quinzaine d’organisations privées et publiques, dont le CHUM, afin de maximiser les investissements privés en recherche clinique précoce et générer des retombées humaines, économiques et sociales positives.