Traiter le cancer à l'heure du nouveau CHUM

Version imprimable
18 Septembre 2014

Le Centre intégré de cancérologie du CHUM (CICC) compte 17 équipes interdisciplinaires qui traitent près d’une vingtaine de types de cancer. On y reçoit le plus grand nombre de personnes atteintes au Québec. Le département de radio-oncologie compte à lui seul 150 professionnels qui reçoivent près de 25 000 visites chaque année. 

Cette expertise unique requiert des lieux hors du commun. Au nouveau CHUM, toutes les spécialités et professions liées à l’oncologie seront regroupées dans un centre de pointe, lumineux et accueillant avec entrée et corridors exclusifs à cette clientèle. 

Au plan de l’équipement, Dr David Roberge, chef du Département de radio-oncologie du CHUM, se réjouit de l’acquisition récente de six appareils de dernière génération de la société suédoise Élekta. Chacun des nouveaux appareils comprendra un tomodensitogramme (scan) et une table robotique qui permettront de vérifier et d’ajuster le positionnement des patients. Un des appareils aura même un scan sur rails qui permettra de planifier et de replanifier les traitements dans la salle même où les traitements sont administrés. Le partenariat du CHUM avec la société Elekta prévoit un futur où la radiothérapie sera guidée en direct grâce à un système d’imagerie par résonance magnétique! Pour plus de sécurité, les nouvelles voûtes logées au 3e sous-sol seront aussi dotées d’un système de radiofréquences qui s’assurera que tous les accessoires nécessaires au traitement du patient sont présents, sans quoi la radiation de l’appareil ne démarrera pas. 

Une petite révolution se prépare aussi au plan de l’organisation des soins. L’arrivée d’un nouveau logiciel favorisera toute la prise en charge du patient, du diagnostic jusqu’au suivi à long terme. Ce logiciel permettra notamment aux équipes d’organiser le plan de traitement, de dicter des notes cliniques et d’accéder aux protocoles spécifiques. Par exemple, si le patient doit subir une intervention chirurgicale ainsi qu’une combinaison de chimiothérapie et de radiothérapie, son plan de traitement global sera coordonné grâce à un système pleinement intégré. 

Outre les systèmes de radiation et de reconnaissance de pointe, Dr Roberge est aussi enthousiaste face à l’optimisation du parcours du patient et du système de prise en charge. « Dans la pratique, nous traitons des cas oncologiques complexes. Chaque patient a un plan de traitement personnalisé qui doit être coordonné entre les différentes équipes du CICC. L’acquisition de ces nouveaux outils vient faciliter l’échange d’information essentiel au travail multidisciplinaire pour le mieux-être de nos patients! »  

Le futur est proche. Le centre de cancérologie de pointe ouvrira ses portes à l’automne 2016.