Philippe Huot

MD, MSc, PhD, FRCPC, DABPN, CSCN diplomate (EEG), CSPQ, LMCC

Version imprimable

Le Dr Huot obtient son doctorat en médecine en 2003 à l’Université Laval. Toujours à cette institution, il entreprend, par la suite, sa résidence en neurologie. En 2006, il termine une maîtrise en neurobiologie sous la supervision du Dr André Parent, au Centre de Recherche Université Laval-Robert Giffard. Son champ d’intérêt, alors, est la neuro-anatomie du striatum dans la maladie de Parkinson. C’est à ce moment que débute, pour lui, la grande aventure de l’étude de maladies neurodégénératives comme la maladie de Parkinson.
 
En 2008, le Collège Royal des Médecins et Chirurgiens du Canada lui décerne son certificat de spécialiste en neurologie; peu après, le Dr Huot obtient un certificat d’électroencéphalographie de la Canadian Society of Clinical Neurophysiologists. En 2009, il satisfait aux exigences de l’American Board of Psychiatry and Neurology.
 
De 2008 à 2012, le Dr Huot complète des études doctorales et post-doctorales à l’Université de Toronto, sous la supervision des Drs Jonathan Brotchie et Susan Fox. Dans le cadre d’une formation plus spécialisée en neurologie des troubles du mouvement, ses préoccupations portent sur les complications motrices et non-motrices de la thérapie chronique à la levodopa dans la maladie de Parkinson. Avant de quitter Toronto, le Dr Huot a brièvement travaillé comme neurologue spécialiste des troubles du mouvement au Baycrest Centre for Geriatric Care.

La maladie de Parkinson est non seulement une question médicale, clinique, mais aussi sociale, familiale et individuelle. Voilà l’image à laquelle est confrontée chaque jour, comme clinicien-chercheur, le Dr Huot. Un grand nombre de personnes seront, parmi nous, à un moment particulier de leur existence, concernées, d’une manière ou d’une autre, par ce problème. La maladie de Parkinson est au deuxième rang au palmarès des maladies neurodégénératives dans le monde; elle fait partie des grands défis scientifiques du 21e siècle. Cette maladie s’inscrit dans une mosaïque plus grande qui englobe le fonctionnement du cerveau, cet espace inconnu, et les problèmes qui y sont associés. Une approche globale, soit expérimentale et clinique, comme celle du Dr Huot est un apport important, significatif et essentiel à la volonté, à l’urgence de la compréhension, de l’analyse et de la résolution de cette énigme qui peut être comparée aux grandes épidémies modernes. Plus qu’un projet individuel, la résolution de ce désordre neurologique devient un projet de société.

Hôpital

Notre-Dame

Département

Pharmacologie